Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ukraine: l'Occident ne doit pas oublier le Kosovo

© Sputnik . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosПриштина
Приштина - Sputnik France
S'abonner
L'Ukraine est un nouvel exemple de territoire "détourné" par d'autres Etats afin de servir leurs propres intérêts, estime le politologue serbe Alexandre Pavic.

L'Occident aurait dû tirer depuis longtemps les leçons du Kosovo et cesser de s'ingérer dans les affaires d'autres Etats, a estimé mercredi le politologue serbe Alexandre Pavic, ajoutant que les pays devaient respecter le droit international pour éviter des problèmes inutiles.

"Le précédent du Kosovo est un exemple éclatant de l'hypocrisie de l'Occident. Et l'Ukraine est tombée dans le même piège. (…) La vie des Kosovars au sein de la Serbie était dix fois meilleure que dans le Kosovo indépendant d'aujourd'hui", a déclaré l'expert dans une interview accordée à la chaîne de télévision RT.

A group of Kosovars walk along a road after they crossed illegally the Hungarian-Serbian border near the village of Asotthalom February 6, 2015. - Sputnik France
Kosovo: exode massif vers l’UE sur fond de pauvreté
Et d'ajouter que le Kosovo représentait une excellente mise en garde contre l'ingérence dans les affaires d'autres pays, qui finit par créer des problèmes pour toutes les parties au conflit.

Selon M.Pavic, la Serbie et le Kosovo ne sont qu'un exemple de l'instrumentalisation de certains territoires par d'autres Etats afin d’atteindre leurs propres objectifs.

Le politologue signale que nous sommes aujourd'hui en présence d'un autre exemple du même genre, l'Ukraine. La situation déplorable dans laquelle ce pays se trouvait en 2014 n'est rien par rapport à son état actuel.

A group of Kosovars walk along a road after they crossed illegally the Hungarian-Serbian border near the village of Asotthalom February 6, 2015. - Sputnik France
Fuir l’Europe pour se refugier en Europe
"Il y a eu un coup d'Etat sponsorisé par l'Occident en février 2014. Et regardez l'Ukraine d'aujourd'hui. Je ne pense pas que les Ukrainiens choisiraient, s'ils le pouvaient, de vivre dans l’Ukraine actuelle au lieu de se retrouver dans le pays tel qu’il était avant l'ingérence de l'Occident et la guerre civile", a indiqué l'expert.

Selon lui, la leçon essentielle à tirer de l'histoire du Kosovo se résume comme suit: pas d'ingérence dans les affaires d'autres Etats, et respect absolu d'autres pays et peuples, ainsi que du droit international.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала