Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Paris, Berlin et Rome souhaitent rejoindre la banque asiatique AIIB

© liondwПлощадь Тяньаньмэнь в Пекине
Площадь Тяньаньмэнь в Пекине - Sputnik France
S'abonner
Créée en 2014 sur l'initiative de la Chine, l'Asian Infrastructure Investment Bank est destinée à financer les projets d'infrastructure dans la région Asie-Pacifique. Son capital initial est de 50 milliards de dollars.

La France, l'Allemagne et l'Italie ont décidé, après la Grande-Bretagne, d'adhérer à la nouvelle Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures AIIB, a rapporté le Financial Times.

China's President Xi Jinping (4th R) meets with the guests at the Asian Infrastructure Investment Bank (AIIB) launch ceremony at the Great Hall of the People in Beijing in this October 24, 2014 - Sputnik France
L'alternative chinoise à la Banque mondiale attire les Européens
La Grande-Bretagne a exprimé son intention de rejoindre l'AIIB la semaine dernière, suscitant le mécontentement de Washington. Pékin a salué la décision de Londres.

Selon le Financial Times, la décision des pays européens est un revers diplomatique pour l'administration de Barack Obama qui n'a pas réussi à persuader les pays occidentaux qu'ils pourraient mieux influer sur le fonctionnement de la nouvelle banque s'ils n'adhéraient pas à l'AIIB.

Créée en 2014 sur l'initiative de la Chine, l'Asian Infrastructure Investment Bank est considérée comme une institution concurrente de la Banque mondiale (BM) et de la Banque asiatique de développement (BAD). Elle est destinée à financer les projets dans les transports, l'énergie, les télécommunications et d'autres infrastructures dans la région Asie-Pacifique. Son capital initial est de 50 milliards de dollars.

La création de la banque AIIB est un nouveau chapitre dans la rivalité croissante entre la Chine et les Etats-Unis,

Japan's Finance Minister Taro Aso speaks during a opening session at the lower house of Parliament in Tokyo, Monday, Jan. 26, 2015 - Sputnik France
Banque d’investissement asiatique: le Japon boude le projet chinois
dont la question centrale est "qui définira les règles économiques et commerciales en Asie". L'Australie, qui a d'abord renoncé à rejoindre la banque sous l'influence américaine, a récemment déclaré qu'elle pourrait revenir sur sa décision.

L'agence Chine nouvelle a rapporté que la Suisse, la Corée du Sud et le Luxembourg envisagent aussi à adhérer à la banque AIIB. Parmi les 21 pays ayant signé l'accord de fondation de la banque en octobre 2014 figurent la Chine, l'Inde, la Thaïlande, le Bangladesh, la Malaisie, le Singapour, les Philippines, le Pakistan, le Brunei, la Cambodge, le Kazakhstan, le Koweït, le Laos, le Myanmar, la Mongolie, le Népal, l'Oman, le Qatar, le Sri Lanka, l'Ouzbékistan et le Vietnam. L'Indonésie a plus tard aussi exprimé son désir d'adhérer à la banque.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала