Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Nuit de colère en France: le ton commence à monter chez les agriculteurs

S'abonner
Les protestations organisées par les agriculteurs français ont provoqué des troubles dans l'ouest de la France.

Plusieurs agriculteurs ont pris part aux manifestations en exigeant du gouvernement de faire remonter les prix d'achat des produits agricoles.

La nuit de colère, organisée principalement par deux syndicats d'agriculteurs, a dégénéré avec des incidents et des dérapages enregistrés dans plusieurs villes de la région Bretagne.

Quand le signal fut donné, des centaines d'agriculteurs ont commencé à bloquer les routes avec des tonnes de paille et à brûler des pneus. La police a constaté des cas d'attaques de supermarchés et des voitures des forces de l'ordre. Des manifestants ont également marqué des slogans de protestation contre la politique agricole du gouvernement sur les murs de bâtiments.

Les désordres lors des manifestations contre le service UberPop, juin 2015, France - Sputnik France
Les taxis parisiens déclarent la guerre à Uber
A Saint-Brieuc près de deux cents manifestants se sont mis à arrêter les camions et vérifier leur cargaison. Un camion frigorifique contenant de la charcuterie espagnole a été vidé par des agriculteurs en colère. Au total, près de 1.000 personnes ont pris part aux manifestations dans cette ville bretonne.

Les éleveurs ainsi que les producteurs de lait estiment que les prix actuels de la viande, notamment de proc et de bœuf, et du lait ne leur permettent pas de couvrir leurs coûts de production. Ils dénoncent également la non-application de l'accord adopté en juin par le ministère de l'Agriculture, selon lequel les prix de la viande devaient monter de 5 centimes par semaine.

"Comment ne pas se sentir trahis alors que tous les intermédiaires et les distributeurs, en présence du ministre, ont juré, la main sur le cœur, que les producteurs seraient mieux payés demain", a commenté jeudi auprès de l'AFP Jean-Paul Goutines, président de la FNSEA (syndicat majoritaire des exploitants agricoles) de la région Pays de la Loire.

Selon les syndicats, les revenus moyens des éleveurs sont inférieurs à 12.000 d'euros par an. Plusieurs agriculteurs travaillent sans avoir la possibilité de prendre un congé. Certaines familles éprouvent des problèmes de paiement pour l'éducation de leurs enfants.

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала