Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Lutte contre l'EI: le président turc en quête d'une aide chinoise

© REUTERS / Umit BektasПрезидент Турции Реджеп Тайип Эрдоган
Президент Турции Реджеп Тайип Эрдоган - Sputnik France
S'abonner
Ankara a besoin de Pékin pour lutter contre le groupe extrémiste Etat islamique, mais la Chine s'abstient de rejoindre la coalition anti-EI.

Une visite du président turc Recep Tayyip Erdogan en Chine est programmée du 28 au 30 juillet, mais elle pourrait être annulée suite à l'aggravation de la situation à la frontière turco-syrienne, où la Turquie bombarde les djihadistes de l'Etat islamique.

Chinese HongQi 9 [HQ-9] launcher during China's 60th anniversary parade, 2009. - Sputnik France
La Chine aide la Turquie à bâtir son bouclier antimissile
D'ailleurs, des observateurs estiment que le président turc a besoin de l'aide chinoise pour combattre l'EI et fera tout pour rencontrer le dirigeant chinois Xi Jinping. 

M.Erdogan se trouve dans une situation difficile: la Turquie doit former un nouveau gouvernement suite aux législatives de juin dernier qui ont vu son parti perdre la majorité absolue qu'il détenait depuis 2002. Or, certains membres d'opposition qui participent aux discussions sur la création du gouvernement sont hostiles à la participation d'Ankara aux hostilités contre l'EI. Selon la Constitution turque, le premier ministre a plus de pouvoirs que le président. Mais le premier ministre sortant Ahmet Davutoglu ne fait qu'assurer l'intérim jusqu'à la nomination du nouveau chef de gouvernement.

Tiananmen Square in Beijing, China - Sputnik France
La Chine lancera depuis la Turquie un defi geopolitique aux Etats-Unis
M.Erdogan comprend qu'il doit obtenir le soutien de Moscou, de Pékin et de l'Occident pour sortir de la crise. Mais la Chine a refusé de rejoindre la coalition internationale de lutte contre l'EI. Elle s'abstient également d'aider la coalition. 

La question est de savoir comment M.Xi soutiendra les efforts de M.Erdogan visant à garantir la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Turquie.
Les récentes manifestations antichinoises et attaques d'Ouïghours contre des magasins et restaurants chinois en Turquie ne faciliteront pas le dialogue turco-chinois. Le ministère chinois des Affaires étrangères recommande toujours aux Chinois d'éviter de se rendre en Turquie. Ce problème sera aussi au centre d'entretiens à Pékin.

D'ailleurs, selon Su Hao, professeur de l'Université des relations internationales de Pékin, le problème des manifestations antichinoises d'influera pas trop sur les relations entre les deux Etats.

"La Chine et la Turquie ont des relations étroites. Les deux pays ont des positions proches à l'égard de nombreux dossiers. Nous avons beaucoup d'intérêts économiques communs", a-t-il rappelé.

Рабочий визит В.Путина вТурцию - Sputnik France
La Turquie, membre de l'Otan mais non-vassal des USA
MM.Erdogan et Xi se pencheront en outre sur la vente de missiles sol-air chinois à la Turquie. Toutefois, une telle entente doit être approuvée par le gouvernement turc qui n'a toujours pas été nommé. Qui plus est, la situation a beaucoup changé suite à la signature d'un accord sur le programme nucléaire iranien à Vienne le 14 juillet dernier.

La prochaine visite du président turc en Chine attire est regardée de près par l'Occident et notamment les Etats-Unis. Washington mise beaucoup sur Ankara et ne le laissera pas tomber sous influence de Pékin.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала