Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Crise des migrants: le président tchèque pointe les responsables

© AP Photo / Edvard MolnarMigrants
Migrants - Sputnik France
S'abonner
Le président tchèque Milos Zeman a fustigé les interventions au Proche-Orient, qualifiant ces initiatives de causes directes de la crise des migrants que connaît l'Europe

Les Etats-Unis et les pays européens, qui ont participé à des interventions militaires en Irak, Syrie et Libye, sont coupables de l'afflux actuel des migrants en Europe, a déclaré dimanche dernier Milos Zeman dans une interview accordée au journal tchèque Blesk.

Migrants - Sputnik France
République tchèque: un camion avec des réfugiés arrêté par la police
"La vague actuelle de migration (en Europe) prend racine dans l'idée absurde de l'invasion de l'Irak, qui était censé avoir des armes de destruction massive, mais finalement rien n'a été trouvé (…). Elle est également provoquée par l'idée folle de restaurer l'ordre en Libye, et puis en Syrie", a déclaré le président tchèque.

À la suite de ces opérations militaires, des régimes terroristes ont surgi sur le territoire de ces pays, ce qui a déclenché un afflux incontrôlé de migrants clandestins en Europe, estime M.Zeman.

Toujours selon lui, "les Etats-Unis ne sont pas les seuls responsables de cette situation. Ils partagent la faute avec leurs alliés de l'Union européenne qui ont aussi coordonné les opérations contre la Libye".

En outre, le président tchèque a exprimé son intention de proposer, lors de la session anniversaire de l'Assemblé générale de l'Onu en septembre prochain, la création d'unités militaires chargées de détruire les camps d'entraînement djihadistes.

"Voici ce que nous devons faire pour l'instant, et pas pénétrer quelque part avec des chars, de l'artillerie et de l'infanterie", a indiqué Milos Zeman.

Milos Zeman - Sputnik France
Président tchèque: "de l'argent pour les migrants et pas pour nos enfants?"
Le président tchèque Milos Zeman s'en est pris aux migrants après un incident dans un camp de rétention dans le nord-est de la République tchèque. La police a dû employer des gaz lacrymogènes pour disperser une centaine de migrants qui s'étaient révoltés jeudi et vendredi derniers. Il s'agissait notamment de ressortissants de l'Afghanistan, du Pakistan et de l'Irak.

Selon un sondage de l'institut Sanep publié vendredi, 70,8% des Tchèques sont réticents à l'accueil des migrants en provenance d'Afrique et du Proche-Orient. La République tchèque, membre de l'UE depuis 2004, s'est engagée à accueillir sur son sol 1.500 réfugiés, d'ici 2017. A l'heure actuelle, elle est surtout un pays de transit vers l'Europe de l'Ouest.

Selon la porte-parole de la police des étrangers tchèque, Katerina Rendlova, citée par l'AFP, la police a intercepté en République tchèque au cours des six premiers mois de l'année, 3.018 migrants illégaux, chiffre en hausse de 48% comparé à la même période de 2014.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала