Mali: prise d'otages dans un hôtel fréquenté par des Occidentaux, 4 morts

© AFP 2022 ISSOUF SANOGOMalian police
Malian police - Sputnik France
Au moins quatre personnes, dont deux militaires et un assaillant, ont été tuées vendredi dans l'attaque contre un hôtel où séjournent des Occidentaux à Sévaré, dans le centre du Mali, tandis qu'une source militaire parlait d'une "prise d'otages" toujours en cours en début d'après-midi.

_

Des hommes armés ont fait irruption tôt vendredi matin dans la ville et se sont infiltrés dans l'hôtel Byblos, a affirmé à l'AFP une des sources militaires jointe à Gao. Juste après, des membres des forces maliennes se sont déployés pour tenter de mettre à fin à cette attaque survenue à Sévaré, une ville stratégique localisée à une douzaine de kilomètres de Mopti, elle-même située à 640 km de Bamako."Les Fama (Forces armées maliennes) ont bouclé la zone" d'où elles tentent de les déloger, "les opérations sont toujours en cours. Les hommes sur place ont aperçu un corps devant l'hôtel", a ajouté la source militaire.

Cette attaque "est une prise d'otages", a-t-elle encore affirmé. Les Fama ont enregistré "deux morts et trois blessés dans leurs rangs". Par ailleurs, a-t-elle précisé, un homme avec une ceinture explosive "a été abattu" et, devant l'hôtel, gît le corps d'un homme à la peau blanche. "Il n'y a pas de dénouement pour l'heure", a-t-elle conclu.

Selon une de ces sources, au moins cinq étrangers — trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien — étaient enregistrés dans cet hôtel avant l'attaque. Une autre source évoque une tentative d'enlèvement, piste également avancée par des habitants de la ville joints par l'AFP.

Mopti se situe à la lisière du vaste Nord malien, où ont été enlevés de nombreux Occidentaux et qui était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes islamistes extrémistes liés à Al-Qaïda, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui avaient profité d'une offensive rebelle touareg contre l'armée.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés et dispersés de ces régions à la suite du déclenchement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une opération militaire internationale, toujours en cours. Cependant, des zones entières échappent encore au contrôle des autorités maliennes comme à celui des forces étrangères.

L'attaque à Sévaré est la troisième en moins d'une semaine dans le pays, après deux assauts ayant fait 13 morts parmi les militaires: deux ont péri dans une embuscade vers Nampala, ville de la région de Ségou (centre) le 1er août, onze ont été tués sur une base de la Garde nationale à Gourma-Rharous, dans la région de Tombouctou (nord-ouest) le 3 août. Cette dernière opération a été revendiquée par Aqmi, selon l'agence de presse privée mauritanienne Al-Akhbar.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала