New York: Obama ne séjournera pas dans un hôtel racheté par les Chinois

© REUTERS / Jonathan ErnstU.S. President Barack Obama (R) listens to remarks to reporters by Vietnam's Communist Party General Secretary Nguyen Phu Trong after their meeting in the Oval Office at the White House in Washington July 7, 2015
U.S. President Barack Obama (R) listens to remarks to reporters by Vietnam's Communist Party General Secretary Nguyen Phu Trong after their meeting in the Oval Office at the White House in Washington July 7, 2015 - Sputnik France
Une décision annoncée sur fond de tensions entre la Chine et les Etats-Unis liées à la cybersécurité.

Le président américain Barack Obama ne séjournera pas à l’hôtel Waldorf Astoria de New York durant l’assemblée générale de l’Onu ce mois-ci, après que l’hôtel a été racheté par une compagnie d’assurance chinoise.

Selon le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest cité par le quotidien britannique Guardian, le président et la délégation américaine résideront dans un palace situé à proximité. "Il y a une série de considérations qui influencent les lieux où séjourne le président quand il n’est pas à la Maison Blanche", a-t-il indiqué.

Barack Obama et Xi Jinping. Archive photo - Sputnik France
Cyberattaques: Washington prépare des sanctions sans précédent contre Pékin

M. Earnest n’a pas fait savoir si l’acquisition de l’Astoria par la compagnie d’assurance chinoise Anbang fin 2014 avait influencé cette décision.

L’annonce intervient quelques semaines avant la visite du président chinois Xi Jinping à Washington les 24 et 25 septembre. Une visite qui se déroulera sur fond de tensions entre la Chine et les Etats-Unis liées à la cybersécurité, aux disputes territoriales en mer de Chine et à la dévaluation du yuan dans le contexte des récentes turbulences sur les marchés.

Pendant des années, le Waldorf a été utilisé comme QG par les autorités américaines lors des assembles générales de l’Onu à New York.

Depuis plus d'un an, les Etats-Unis accusent la Chine de voler la propriété intellectuelle des sociétés américaines. Les autorités américaines pourraient imposer des sanctions à l'encontre de personnes physiques et morales chinoises pour leur participation supposée à des cyberattaques, a auparavant indiqué CNN se référant à des fonctionnaires gouvernementaux.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала