Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les USA opposés au rapprochement Irak-Russie?

© REUTERS / Kevin LamarqueMédias: les USA opposés au rapprochement Irak-Russie
Médias: les USA opposés au rapprochement Irak-Russie - Sputnik France
S'abonner
Washington s'inquiète du rapprochement de Bagdad avec Moscou, a déclaré le coordinateur de la politique américaine de lutte contre l'Etat islamique John Allen, cité par un média.

Lavrov: les USA évitent les contacts avec la Russie - Sputnik France
Lavrov: les USA évitent les contacts avec la Russie
Depuis le 26 septembre, le centre de coordination à Bagdad, comprenant quatre pays (la Russie, la Syrie, l'Irak et le Liban), recueille, traite et échange des renseignements sur l'activité du groupe terroriste Etat islamique. 

Cependant, les Etats-Unis ne se montrent pas particulièrement enthousiasmés par cette alliance quadrilatérale et ne passent pas leurs inquiétudes sous silence.

"John Allen a informé Haïder al-Abadi (premier ministre irakien, ndlr) que Washington était préoccupé par l'alliance de la Russie avec l'Irak, et il a déclaré: "Le président américain Barack Obama s'intéresse à son rôle dans la lutte contre l'EI. L'Irak, ne doit-il pas être reconnaissant envers les Etats-Unis?", lit-on dans le journal Asharq al-Awsat.

Soldats irakiens prennent part à un exercice de formation mené par l'armée américaine près de Bagdad, le 27 mai 2015 - Sputnik France
L’Irak préfère Moscou à Washington
John Allen a également demandé à Haïder al-Abadi de ne pas coopérer avec la Russie. Le premier ministre irakien a répondu de son côté que cela était impossible. "En cas de nécessité, Bagdad coordonnerait ses actions avec Washington et avec la coalition parrainée par les Etats-Unis", rapporte le média.

Depuis août 2014, les USA et leurs alliés effectuent des frappes aériennes sur des positions de l'EI en Irak, et depuis septembre 2014 ils bombardent les terroristes en Syrie.

La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала