Les armes balkaniques au service des terroristes

Une partie des armes utilisées par les terroristes lors des attaques du 13 novembre dernier à Paris avaient été produites dans l’usine Zastava oruzje située dans la ville serbe de Kragujevac, a confirmé le directeur de l’usine Milojko Brzakovic. Des spécialistes s’expriment au sujet du trafic des armes dans des entretiens accordés à Sputnik.

Les armes utilisées lors des attaques à Paris

Une partie des armes utilisées à Paris avaient été produites avant la désintégration de la Yougoslavie. M.Brzakovic avait déjà déclaré que le ministère serbe des Affaires intérieures lui avait envoyé les numéros de série des armes découvertes dans la capitale française après les attaques.

Selon le directeur de l'usine, après la désintégration de la Yougoslavie, toutes les parties du conflit avaient la possibilité de vendre les armes restantes, et les armes de son usine ne pouvaient pas être vendues sans la permission de l'Etat.

Experts: la situation avec les armes reste dangereuse

Andreja Savic, ex-chef de l'Agence serbe de l'information sur la sécurité, souligne dans un entretien accordé à Sputnik que la situation reste difficile avec la présence d'armes dans les pays balkaniques.

"Il y avait assez d'armes dans les dépôts militaires en Slovénie, en Croatie et en Bosnie. Et si on se rappelle des années 1990 marquées par les guerres civiles sanglantes en ex-Yougoslavie, on peut supposer que ces armes pouvaient passer dans les mains de gens liés aux crimes organisés, ou des terroristes", déclare l'expert.

Selon M.Savic, au début de la désintégration de la Yougoslavie, les dépôts contenant ces armes pouvaient être occupés par des représentants de la défense territoriale des républiques de l'ex-Yougoslavie.

"Le culte des armes est très développé au Kosovo, on peut y voir tous les modèles. Mais il n'existe pas d'informations précises sur leurs quantités et propriétaires", souligne l'expert.

Dans un entretien à Sputnik, Milan Pasanski, du Forum de l'étude du terrorisme international (Belgrade), souligne la menace potentielle représentée par les centres wahhabites en Bosnie. Selon lui, ces centres possèdent de grandes quantités d'armes, et ces armes peuvent être accordées ou vendues à des tiers.

Les experts soulignent aussi l'existence du problème du trafic d'armes dans les pays des Balkans. Selon eux, ce phénomène représente une source importante de menace terroriste dans l'Europe.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала