Ankara déplore les sanctions russes

© REUTERS / Umit BektasLa Turquie fait les yeux doux à la Russie
La Turquie fait les yeux doux à la Russie - Sputnik France
La Turquie s'attend à ce que la Russie fasse preuve de "plus de sang-froid", a déclaré le premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

Selon lui, les sanctions imposées par Moscou à l'encontre d'Ankara exerceront un impact non seulement sur l'économie turque, mais sur l'économie russe également.

Le président russe Vladimir Poutine - Sputnik France
Poutine dévoile les mesures de rétorsion contre la Turquie
"Les intérêts économiques turcs ne sont pas les seuls concernés, car la Russie a également des intérêts économiques à l'égard de la Turquie", a expliqué le chef du gouvernement turc cité par l'agence Bloomberg.

La Turquie a toujours considéré comme des priorités l'ouverture des communications avec la Russie ainsi que la coordination des efforts des deux pays en Syrie, a affirmé M.Davutoglu.

D'après lui, le récent incident du bombardier russe abattu par les forces aériennes turques témoigne du fait que les opérations aériennes menées par deux coalitions différentes dans le même espace sont susceptibles de provoquer de telles situations.

Bombardero ruso Sukhoi Su-24 - Sputnik France
Su-24: le corps du pilote remis à l'ambassadeur russe à Ankara
Le 24 novembre, un chasseur F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un bombardier russe Su-24 impliqué dans la campagne de frappes aériennes contre les positions de l'Etat islamique en Syrie. Selon Ankara, l'avion russe a violé l'espace aérien turc. Moscou dément ces rapports tout en soulignant que son bombardier ne présentait aucune menace pour la Turquie.

Suite à l'incident, le président russe Vladimir Poutine a accusé les autorités turques de faire le jeu des terroristes dans la région. Dans les jours suivant la destruction de l'avion, la Russie a adopté des sanctions économiques à l'encontre de la Turquie.

Ces sanctions comprennent notamment l'interdiction des vols charters entre la Russie et la Turquie, l'interdiction aux employeurs russes d'embaucher des travailleurs turcs à partir du 1er janvier, ou encore l'interdiction d'importations de certaines marchandises turques.

La Russie a également pris la décision de suspendre, dès le 1er janvier 2016, le régime sans visas avec la Turquie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала