Assad: le traité de paix sur la Syrie pourrait être signé à Prague

© AP Photo / SANABachar el-Assad
Bachar el-Assad - Sputnik France
La conférence de paix ne peut pas se tenir en France, car ce pays soutient le terrorisme et la guerre, a déclaré le président syrien.

Le président syrien Bachar el-Assad considère comme tout à fait réaliste la tenue d'une conférence de paix sur la Syrie à Prague.

"Bien sûr, cela (la signature d'un traité de paix sur la Syrie à Prague, ndlr) est tout à fait réel. La conférence de paix ne peut pas se tenir, par exemple, en France, et les Syriens vous le confirmeront, car la France soutient le terrorisme et la guerre et ne prône pas la paix. L'idée de la tenir à Prague sera acceptée par tous en raison de la position pondérée de la République tchèque", a indiqué le président syrien dans une interview à la télévision tchèque.

Guerre en Syrie - Sputnik France
Pas de paix dans le monde, tant que la guerre fait rage en Syrie
Auparavant, le président tchèque Milos Zeman a évoqué la possibilité de signer un traité de paix sur la Syrie à Prague. Selon lui, cette idée est soutenue tant par les autorités syriennes que par l'opposition.

La défaite des forces antigouvernementales cherchant à renverser le régime actuel est un sine qua non du règlement politique en Syrie, et cela est entre les mains des Syriens, estime M. Assad.

A la question relative aux migrants syriens, il a souligné que les réfugiés représentaient un mélange hétérogène.

"La plupart sont des Syriens respectables, des patriotes, des gens honnêtes. Mais naturellement, il y a parmi eux des terroristes qui s'y sont immiscés à dessein", a dit le président.

Lech Walesa - Sputnik France
Lech Walesa: l'opération russe en Syrie contribuera à faire cesser la guerre
La République tchèque est un des rares pays à ne pas avoir évacué sa représentation diplomatique en Syrie malgré les hostilités. L'ambassade tchèque à Damas représente les intérêts de plusieurs autres pays dont les Etats-Unis.

Lors du deuxième round des négociations du "groupe de Vienne" sur la Syrie tenu à la mi-novembre, les participants (Russie, Etats-Unis, Onu, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Arabie saoudite, Turquie, Iran et d'autres, mais aussi UE, Ligue arabe et Organisation de la coopération islamique) ont décidé que les négociations entre le gouvernement syrien et l'opposition devraient avoir lieu le 1er janvier 2016 au plus tard et que des élections conformes à la nouvelle constitution devraient se tenir dans les pays au cours des 18 mois qui viennent.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала