Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie ne cherche pas à acculer Erdogan à la démission

S'abonner
En dévoilant le business pétrolier illégal de Daech et l'implication des dirigeants turcs dans ce trafic, la Russie ne cherche pas à obtenir la démission du président turc, Recep Tayyip Erdogan.

La Turquie, principal consommateur du pétrole volé en Syrie et en Irak - Sputnik France
La Russie devoile trois itinéraires de livraison du pétrole de l'EI en Turquie
"La démission d'Erdogan n'est pas notre but. C'est l'affaire de la population turque. Notre but et le but auquel nous vous invitons, est de bloquer par des actions conjointes le financement du terrorisme", a déclaré le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov lors d'une conférence de presse sur le terrorisme international.

Néanmoins, Anatoli Antonov a indiqué que selon les informations recueillies, le président turc Erdogan et sa famille étaient impliqués dans le système de trafic de pétrole mis en place par l'EI en Syrie, bien que le dirigeant turc nie toute implication dans cette affaire.

"Nous connaissons la valeur des paroles d'Erdogan. Il a été déjà pris une fois en flagrant délit de mensonge par les journalistes turcs qui avaient révélé la livraison par la Turquie d'armes aux terroristes, sous couvert d'aide humanitaire. Pour cette raison les journalistes ont été emprisonnés. Les dirigeants turcs, notamment Erdogan, ne démissionneront pas et ne reconnaîtront rien, même si leurs visages sont souillés par le pétrole volé ", a martelé Anatoli Antonov.

En outre, le vice-ministre a promis de fournir "des preuves du pillage par la Turquie de ses voisins".

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала