Une Allemande de 66 ans lutte contre l’extrémisme

© REUTERS / Peter NichollsUne Allemande de 66 ans lutte contre l’extrémisme
Une Allemande de 66 ans lutte contre l’extrémisme - Sputnik France
Une pensionnaire lutte contre le nazisme et les idées d’extrême-droite en Allemagne.

Un neonazi alemán (Archivo) - Sputnik France
L'Allemagne subit un retour en force de l'extrémisme
Le 2 décembre, 15 extrémistes de l’extrême-droite ont été traduits en justice dans la ville allemande d’Erfurt. Ils sont accusés d'avoir attaqué violemment des Allemands participant au carnaval, des suites de quoi 10 personnes ont reçu des blessures graves. En novembre dernier, en Bavière, un groupe de l’extrême droite, "La troisième voie", a organisé une marche aux flambeaux en mémoire des fascistes du Troisième Reich.

la manipulation des téléspectateurs - Sputnik France
Télévision française: une propagande à double détente
Néanmoins, malgré une montée de l’extrémisme, il se trouve des personnes pour y faire face. De ses 66 ans, Irmele Mensah Schramm en a consacré une trentaine à la lutte contre le nazisme et les idées d’extrêmes-droite. Son arsenal n’inclut qu’une baillonnette de couleur et un grattoir dont elle se sert afin de colorer et écailler les inscriptions de propagande radicale et de haine à l’égard des étrangers sur les murs de sa ville natale.

Selon RT, la pensionnaire, qui porte le surnom de "militante contre la haine" efface toute inscription radicale qu’elle rencontre. Et même si elle a été battue à plusieurs fois, comme cela lui est arrivé à Dresde en 2013, rien ne peut l’arrêter.

La maison d'édition française Fayard, Book Fair, Paris. Archive photo - Sputnik France
Mein Kampf réédité en France et en Allemagne dès 2016
Depuis 9 ans qu’elle tient registre des inscriptions colorées ou écaillées, elle en a effacé 96.853. L’idée de commencer son activité anti-extrémiste lui est venue à l'esprit lorsque la police municipale a refusé de prendre des mesures pour faire effacer de telles inscriptions.

"Certains déclarent que ces inscriptions sont une manifestation de la liberté de la parole. Moi, je réponds que la liberté de la parole finit là où commence la haine", indique la pensionnaire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала