Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Turquie: le député ayant révélé un trafic de sarin accusé de haute trahison

© AFP 2021 Philippe Guellandarme chimique
arme chimique - Sputnik France
S'abonner
Les djihadistes de l’Etat islamique (EI) se sont fait livrer du gaz sarin, une arme chimique dévastatrice, en provenance de Turquie en 2013, a déclaré le député du Parti républicain du peuple de la Turquie (CHP) Eren Erdem dans une interview accordée à la chaîne RT.

Syrie: le sarin produit à partir de substances britanniques (BBC)
Suite à cette déclaration, le Parquet d'Ankara a lancé des poursuites judiciaires contre le député l'accusant de haute trahison. L'homme politique risque par conséquent de perdre son immunité parlementaire.

"Des matériaux précurseurs pour la production d'armes chimiques étaient acheminées vers des camps de l'Etat islamique en Syrie à travers le territoire turc. Nous disposons de preuves tangibles de ce trafic illégal", a relevé M. Erdem.

Il a également jugé probable que les mêmes matériaux avaient été utilisés lors des attaques chimiques perpétrées dans la Ghouta en août 2013.

Masque à gaz. Image d'illustration - Sputnik France
L'EI ouvre des branches scientifiques pour élaborer des armes chimiques
"J'estime que d'après toutes les informations que nous avons pu recueillir, le gouvernement syrien ne disposait pas de gaz sarin à l'époque. A ma connaissance, ce sont les assaillants qui en disposaient. Mais on a rapidement utilisé cette affaire dans le but d'accuser le gouvernement de Bachar el-Assad", a-t-il fait remarquer.

Les accusations portées contre le député ont provoqué de vives réactions de la part de ses confrères. Ainsi, le président du groupe parlementaire du CHP Ozgur Ozel, plaidant pour le respect des droits de l'homme, s'est dit solidaire avec l'homme politique dans un entretien accordé à l'agence Sputnik.

"Nous considérons cette enquête comme un coup bas de la part du pouvoir politisé cherchant à museler l'opposition dans le pays. Loin d'être une démarche juridique, elle revêt sans aucun doute un caractère politique", a fustigé M. Ozel.

Tout en soulignant que le député n'avais jamais directement accusé le gouvernement turc d'avoir favorisé ce trafic illégal, M. Ozel a mis en garde contre les violations des droits de l'homme en Turquie.

"Nous sommes tenus de plaider en faveur de la liberté d'expression et de l'immunité parlementaire. Cela concerne non seulement les représentants de notre parti, mais aussi les 550 membres du parlement turc".

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала