Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Londres refuse de participer au déchiffrage de la boite noire du Su-24

© Sputnik . Anton Denisov / Aller dans la banque de photosLa boîte noire du Su-24
La boîte noire du Su-24 - Sputnik France
S'abonner
Aucun représentant du Royaume-Uni ne prendra part à l'enquête sur le crash du bombardier russe abattu par la Turquie, selon un porte-parole du gouvernement britannique.

Les responsables britanniques ont refusé de participer vendredi à l'ouverture de la boîte noire du Su-24 abattu par l'armée turque en Syrie le 24 novembre, et à l'enquête sur cette affaire, a déclaré à Londres le représentant du gouvernement du Royaume-Uni.

"Le gouvernement britannique a été invité à l'ouverture de la boîte noire, mais il a décliné l'invitation. Les représentants britanniques n'ont pas assisté à l'ouverture de l'enregistreur du vol et ne prendront pas part à l'enquête", a annoncé le responsable-parole.

Auparavant, le porte-parole des Forces aérospatiales russes Sergueï Dronov avait rapporté que la Russie avait invité des experts des 14 pays à participer au déchiffrage de la boîte noire du Su-24. Néanmoins, seuls les représentants de la Chine, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis avaient consenti à y participer.

Poutine sur le point d'ouvrir l'enregistreur du Su-24 - Sputnik France
La boite noire du Su-24 sera déchiffrée en présence d’experts internationaux

"Conformément à l'ordre du président russe Vladimir Poutine, nous tiendrons à assurer un maximum de visibilité lors de l'ouverture de la boîte noire et de son décodage, qui se déroulera en présence d'experts russes et internationaux. Nombre de spécialistes ont refusé d'y prendre part", a-t-il souligné.

Le 24 novembre, un chasseur F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un bombardier russe Su-24 impliqué dans la campagne de frappes aériennes contre les positions du groupe terroriste Etat islamique (EI, Daech) en Syrie. Selon Ankara, l'avion russe a violé l'espace aérien turc. Moscou dément ces rapports tout en soulignant que son bombardier ne présentait aucune menace pour la Turquie et se trouvait en territoire syrien.

Suite à l'incident, le président russe Vladimir Poutine a accusé les autorités turques de faire le jeu des terroristes dans la région. Dans les jours suivant la destruction de l'avion, la Russie a adopté des sanctions économiques à l'encontre de la Turquie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала