La Syrie "prête" à participer aux discussions de Genève

© AFP 2022 Fabrice CoffriniNations unies à Genève
Nations unies à Genève - Sputnik France
Damas est "prêt à participer" aux discussions sur la Syrie qui doivent se tenir fin janvier sous l'égide des Nations unies à Genève, a annoncé jeudi à Pékin le ministre syrien des Affaires étrangères.

Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem, en visite en Chine, a déclaré:

"La Syrie est prête à participer au dialogue inter-syrien de Genève sans interférence étrangère".

"Notre délégation sera prête dès que nous aurons reçu la liste de la délégation de l'opposition. Nous espérons que ce dialogue parviendra à nous aider dans la constitution d'un gouvernement d'union nationale", a ajouté M.Mouallem au sortir d'entretiens avec son homologue chinois Wang Yi, rapporte l'AFP.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté, le 19 décembre, à l'unanimité une résolution sur le cessez-le-feu et le processus de transition politique en Syrie, au terme d'entretiens des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil à New York.

Logo de l'ONU - Sputnik France
La résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sauve la Syrie d'une catastrophe
La résolution fixe les ententes intervenues le 14 novembre dernier à Vienne lors d'une rencontre du Groupe de soutien international à la Syrie. Elle prévoit notamment un gouvernement de transition dans les six mois, ainsi que des élections dans les 18 mois, sous le contrôle de l'Onu et conformément à la nouvelle Constitution syrienne.

La résolution demande à l'ONU de préparer dans un délai d'un mois des "options" pour mettre en place un "mécanisme de surveillance et de vérification" du cessez-le-feu.

Militaires syriens - Sputnik France
La participation des groupes armés aux pourparlers en Syrie facultative
Selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, toutes les parties sont d'accord pour dire que les terroristes ne peuvent pas participer aux négociations sur le sort de la Syrie.

L'adoption de la résolution ouvre la possibilité de créer un front antiterroriste uni en Syrie, s'est félicité M.Lavrov.

Les divergences concernant le départ du président syrien Bachar el-Assad persistent au sein du Conseil de sécurité, a pour sa part précisé le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui présidait la séance.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала