Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Présidentielle au Portugal: le "professeur Marcelo" vainqueur dès le premier tour

S'abonner
Grand favori de l'élection présidentielle au Portugal, le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa a été élu dimanche dès le premier tour, porté par sa popularité comme commentateur à la télévision, face à une gauche divisée.

Manifestation contre le gouvernement à Lisbonne, le Portugal. - Sputnik France
Présidentielle portugaise: vers une critique de l’UE ou un consensus?
Ce professeur de droit haut en couleur, âgé de 67 ans, recueille 52% des voix, devançant nettement son principal rival, l'indépendant de gauche Antonio Sampaio da Novoa, qui obtient 22,89% des suffrages, selon des résultats quasi complets.

Enjeu clef du scrutin, le chef de l'Etat dispose du droit de dissoudre le Parlement, une arme décisive alors que le gouvernement socialiste en place depuis novembre dépend d'une alliance fragile avec la gauche radicale.

Un an et demi après la sortie du Portugal de son plan de sauvetage international de 78 milliards d'euros, l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement minoritaire soutenu par le Parti communiste et le Bloc de gauche avait divisé le pays et suscité des inquiétudes en Europe.

"Je veux rétablir l'unité nationale", alors que "notre pays sort d'une crise économique et sociale profonde", a déclaré dimanche soir Marcelo Rebelo de Sousa, s'engageant à "être un président libre et indépendant".

Le parlement portugais - Sputnik France
Portugal: la gauche unie fait tomber le gouvernement de droite
Parmi les premiers à féliciter le futur chef de l'Etat, l'ancien Premier ministre de droite Pedro Passos Coelho a estimé que "cette victoire dès le premier tour lui confère une autorité politique incontestable".

Populaire au-delà de son camp politique comme commentateur vedette à la télévision, Marcelo Rebelo de Sousa a mené une campagne très personnalisée, sans affiches ni tracts, privilégiant le contact direct avec les électeurs.

"Il a mené une campagne consensuelle, à l'écart de son camp politique, visant à capter des voix à gauche et à droite", a expliqué à l'AFP le politologue José Antonio Passos Palmeira.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала