Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La CNN tisse-t-elle un complot contre le président Morales?

S'abonner
La traque engagée contre le président Evo Morales se poursuit même après le référendum constitutionnel, et les médias étrangers n'y sont pas pour rien, estime un membre du gouvernement bolivien.

Le ministre bolivien de la Présidence, Juan Ramon Quintana, a accusé une série de médias nationaux et occidentaux, dont la CNN, de complot contre le chef de l'Etat, Evo Morales.

"Un narcotrafiquant tient les rênes de la politique rédactionnelle de la radio et de la presse. Le rôle des médias de masse est lamentable et tragique, car ils participent consciemment à cette opération clandestine", a-t-il indiqué, accusant le journaliste d'opposition Carlos Valverde Bravo.

Des slogans en faveur du président bolivien Evo Morales peints sur un mur à La Paz, octobre 2014 - Sputnik France
Bolivie: les USA œuvrent au renversement du président légitime
L'homme d'Etat a notamment mentionné l'entretien que ce journaliste avait accordé à la chaîne CNN à l'issu du référendum constitutionnel qui s'est soldé par un échec du président Morales (51,3% des électeurs se sont opposés à sa réélection en 2019).

Sur les ondes de CNN, M.Valverde a prétendu qu'il existait des liens étroits entre Gabriela Zapata, directrice commerciale de l'entreprise de BTP chinoise CAMC et ex-compagne d'Evo Morales, et l'entourage du président, notamment avec Juan Ramon Quintana, laissant entendre qu'il pouvait s'agir d'un "trafic d'influence" présumé. "On dit que Quintana est un de ses contacts les plus proches, mais pour le moment je ne dispose pas d'éléments de preuves", a lancé le journaliste d'opposition, qui avait plus tôt rendu publique la relation ayant lié par le passé le président Morales et Mme Zapata.

Wikileaks - Sputnik France
WikiLeaks: Washington a financé l'opposition en Bolivie
En réaction à ces propos, Juan Ramon Quintana a rétorqué que la traque visant le président bolivien non seulement s'était poursuivie après le référendum du 21 février mais avait servi de catalyseur pour une opération clandestine fomentée par Washington dans le but de discréditer et de renverser Evo Morales.

"Cette accusation fait partie d'un complot politique, d'une campagne outrageuse et agressive", a indiqué Juan Ramon Quintana, avant de rappeler le passé criminel de M.Valverde que les médias passent sous silence.

"Carlos Valverde Bravo était par le passé un narcotrafiquant qui s'est subitement reconverti en journaliste corrompu et agent secret de l'ambassade des Etats-Unis", a-t-il conclu.

© SputnikLa CNN tisse-t-elle un complot contre le président Morales?
La CNN tisse-t-elle un complot contre le président Morales? - Sputnik France
La CNN tisse-t-elle un complot contre le président Morales?
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала