Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un groupe criminel enrôlait des gens pour quémander en Finlande

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosUn quémandeur. Image d'illustration
Un quémandeur. Image d'illustration - Sputnik France
S'abonner
Une procédure judiciaire a été engagée jeudi dernier par la cour régionale de Ljublin (Pologne) contre 11 hommes soupçonnés d'avoir participé à un groupe criminel qui enrôlait des gens à des fins illégales.

Selon l'acte d'accusation, ce groupe, qui a été actif de 2009 à 2014, enrôlait des habitants de la région pour mendier en Finlande, annonce la chaîne polonaise TVN24. En tout, 76 personnes ont été engagées.

Les résidents de l'Ukraine en douane - Sputnik France
La Pologne ne parvient pas à compter le nombre de réfugiés ukrainiens

Les accusés publiaient des annonces dans les médias où ils proposaient leurs services en tant que médiateurs afin d'aider ces personnes à obtenir un emploi intéressant et bien payé en Finlande. Il leur était proposé de gagner de l'argent en vendant des petites figurines en bois. Cette proposition a attiré l'attention de nombreux chômeurs en grande difficulté financière.

Une fois arrivées en Finlande, ces personnes découvraient que leur travail consistait à faire du porte-à-porte pour mendier, prétextant une mauvaise santé et la nécessité de suivre un traitement ou de poursuivre ses études.

La plupart de ces gens ne connaissant ni le finnois, ni l'anglais, ils utilisaient des messages écrits préparés à l'avance. Les Finlandais leur donnaient de l'argent et recevaient en échange des figurines en bois ou des images.

Les drapeaux vague en face de soldats qui prennent des positions avec leurs véhicules blindés pendant l'exercice militaire de l'Otan près Swietoszow Zagan, Pologne - Sputnik France
L'exercice militaire de l'Otan en Pologne réunira 27.000 soldats de 22 pays

Les accusés transportaient ces personnes en Finlande et organisaient leur séjour, désignaient leur lieu de travail et effectuaient des contrôles. Pour chaque figurine ou image distribuée, d'une valeur d'un euro en Pologne, ils transmettaient à leurs patrons entre 5 à 8 euros.

Lors du procès, les accusés n'ont pas reconnu être coupables et ont refusé de répondre aux questions. Selon leurs déclarations lors de l'enquête, tous les participants savaient dans quel but ils allaient en Finlande et n'étaient soumis à aucune pression de leur part. Les accusés risquent entre trois et cinq ans d'emprisonnement.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала