Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Guerre de yakuza: le monde criminel japonais vu de l’intérieur

S'abonner
Ces derniers temps, la situation criminelle au Japon s’est aggravée considérablement, et cela se passe dans un pays mondialement connu pour la sécurité de son espace public. Les conflits entre les groupes de la mafia japonaise, qui a vécu une scission importante, perturbent la vie du pays.

Le groupe criminel Yamaguchi-gumi, le plus dangereux et puissant dans le pays, a subi une scission en août dernier qui a été accompagnée par des troubles. Le groupe créé lors de la division a produit des conflits permanents avec le Yamaguchi-gumi. Ces conflits se sont multipliés et ont touché tout le pays. La police essaye de réagir rapidement.

Cependant, les conflits actuels entre les groupes de la mafia japonaise diffèrent considérablement de ceux qui ont marqué l'époque passée, estime Keino Suzuki, ancien membre d'un groupe criminel et actuellement militant religieux, dans un entretien accordé à Sputnik.

"La punition pour l'utilisation d'armes à feu est devenue très stricte, c'est pourquoi les représentants de la mafia ont commencé à demander à leurs membres participant à des combats d'+essayer d'éviter l'utilisation de couteaux et d'armes à feu+. (…) Ici, la forte pression des autorités est devenue un facteur important. Parce que pour l'utilisation d'armes létales, ils peuvent être condamnés à la prison à perpétuité", explique M.Suzuki.

Soldats japonais - Sputnik France
Le Japon déploie ses militaires près d'îles contestées par Pékin

L'interlocuteur de Sputnik souligne que les groupes criminels sont préoccupés par l'état de leurs forces, ils essayent de conserver leurs membres, parce que la police peut arrêter plusieurs individus même pour un délit relativement faible. Une guerre parmi les groupes de la mafia peut être déclenchée si une figure importante est tuée. Dans ce cas-là, le groupe est obligé de répondre.

M.Suzuki est persuadé que la législation pénale a bouleversé la pratique des conflits entre les groupes de yakuza.

"A l'époque, dans le cas de la prison à perpétuité, les gens restaient dans les faits en prison un peu plus que dix ans, et ensuite étaient en libération conditionnelle. Mais actuellement, un condamné doit rester en prison au moins 30 ans. Et si quelqu'un est condamné à une peine de prison à perpétuité, sa vie est en effet finie", raconte l'interlocuteur de Sputnik.

M.Suzuki estime que les conflits entre les groupes de la mafia japonaise vont continuer. Les yakuzas entreprennent leurs actions en réponse, mais de manière globale, il s'agit d'une lutte très dure qui est loin d'être finie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала