Hollande dira à la fin de l'année s'il est candidat

© REUTERS / Stephane de SakutinLe président s'est exprimé le 14 avril 2016 dans l'émission Dialogues Citoyens
Le président s'est exprimé le 14 avril 2016 dans l'émission Dialogues Citoyens - Sputnik France
Le président de la république s'est exprimé ce jeudi 14 avril dans l'émission Dialogues Citoyens.

A un an de la présidentielle, François Hollande a répondu aux questions de trois journalistes et quatre Français sur France 2.

A la question de savoir s'il envisageait de briguer un second mandat présidentiel, M. Hollande a répondu qu'il annoncerait sa décision "à la fin de l'année" en cours.

Quoique son mandat expire dans un an, le dirigeant français a indiqué que l'année qui restait ne sera pas une année sans action.

"Je réformerai tous les jours de mon mandat. Je l'ai fait depuis le premier, je le ferai jusqu'au dernier jour de mon mandat", a-t-il souligné.

Francois Hollande et Angela Merkel - Sputnik France
Hollande plus populaire que Merkel?
En abordant le thème des réfugiés et la crise migratoire, questions qui préoccupent beaucoup d'Européens, M. Hollande a dit partager avec la chancelière allemande Angela Merkel la même position et qui consistait à dire qu'il était impossible de mettre la Turquie, pays qui accueille plus de deux millions de réfugiés, hors du dialogue et hors du processus de gestion de la crise migratoire.

M. Hollande a rappelé que la France devait jouer son rôle humanitaire:

"Le rôle de la France est d'accueillir des réfugiés, que nous allons chercher nous-mêmes — je vais aller très prochainement au Liban, en Jordanie et en Turquie — pour faire en sorte que nous puissions jouer notre rôle humanitaire sans pour autant les mettre en risque pour leur vie et sans pour autant créer une situation difficile".

François Hollande - Sputnik France
Fichage des djihadistes: Hollande juge "insupportable" le retard pris par l'Europe
Au sujet de la Syrie et la campagne russe, le dirigeant français a fait comprendre que la position de Paris sur le dossier syrien était différente de celle de Moscou, mais que les deux pays cherchaient conjointement une solution politique dans ce pays proche-oriental.

"Ce que nous faisons avec la Russie, c'est de chercher une solution politique, sans que Bachar el-Assad soit une solution à la fin", a-t-il dit.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала