Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Colonia Dignidad: l'Allemagne déclassifiera les archives

© AFP 2021 Luis HidalgoEntrée à la Villa Baviera, ex-Colonia Dignidad
Entrée à la Villa Baviera, ex-Colonia Dignidad - Sputnik France
S'abonner
Pendant les années de la dictature militaire de Pinochet, la Colonia Dignidad, fondée par des ex-nazis allemands, s'est transformée en un camp de concentration qui a englouti les adversaires politiques du dictateur chilien.

Berlin déclassifiera prématurément les archives les plus récentes sur la colonie allemande Dignidad, au Chili, ayant accueilli sous la dictature du général Augusto Pinochet un centre de torture des opposants au régime. Des archives, couvrant la période comprise entre 1986 et 1996, seront mises à disposition des journalistes et des historiens.

La décision de réduire de dix ans le délai de protection des archives a été annoncée par le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier lors d'une manifestation commémorative tenue à Berlin en présence de personnes qui sont passées par les horreurs de ce camp. Le ministre a reconnu que les diplomates allemands n'avaient pas déployé suffisamment d'efforts pour venir en aide aux personnes détenues de force dans cette colonie.

​Les autorités chiliennes ont salué la décision du gouvernement allemand et ont espéré que les documents permettraient de faire la lumière sur les crimes perpétrés dans la colonie.

La Colonia Dignidad a été fondée par un ex-officier nazi Paul Schäfer Scheider en 1961 à 340 km au sud de la capitale chilienne. S'étendant sur 16.000 hectares, elle abritait une école, un hôpital, un cimetière et même un aérodrome. Entourée d'une haute clôture, la zone était surveillée par des hommes armés. Sous la dictature de Pinochet, cette colonie s'est transformée en un centre de torture et un camp de concentration qui engloutissait les adversaires politiques du dictateur chilien. En 1991, après la fin de la dictature, elle devient la Villa Baviera.

A wall and window in ruins are seen at a site of a possible Nazi safe haven near San Ignacio, in the northeastern Argentine province of Misiones, March 13, 2015. - Sputnik France
Les fantômes des fugitifs nazis hantent encore l'Amérique latine
​Accusé d'abus sexuel sur mineurs, de détention forcée de personnes et d'évasion fiscale, Paul Schäfer se trouvait depuis 1995 sous le coup d'un mandat d'arrêt international. Les informations sur la fabrication illicite d'armes et de munitions dans la colonie ne sont venues que plus tard. Arrêté en mars 2005 en Argentine, il a été condamné en 2006 à 20 ans de prison. Mais quatre ans après que le verdict a été annoncé, Paul Schäfer est mort des suites de problèmes cardiaques.

Selon les données officielles, sous la dictature de Pinochet (1973-1990), 3.225 personnes ont été assassinées pour des raisons politiques ou sont portées disparues. Près de 37.000 autres ont subi des tortures.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала