Ankara: révision de la législation turque = soutien au terrorisme?

© Photo Pixabayles drapeaux de la Turquie et de l'UE
les drapeaux de la Turquie et de l'UE - Sputnik France
Ankara est tellement préoccupée par le régime sans visas pour ses compatriotes qu'il n'hésite pas à y aller de chantage et d'accusations inouïes à l'encontre de l'Union européenne.

Selon le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, cité par l'agence Anadolu, Ankara tiendrait pour du soutien au terrorisme l'exigence de l'UE sur la révision de la législation en matière de terrorisme, avancée comme une condition à l'abrogation du régime des visas avec l'UE.

"La simplification du régime des visas représente le droit naturel des citoyens turcs. Ce n'est pas une indulgence. Les citoyens de certains pays candidats ont obtenu ce droit juste avant le début des négociations sur l'adhésion de leur pays à l'UE", indique M.Cavusoglu.

Le ministre a également ajouté que la Turquie n'accepterait pas de pression et ne ferait aucune concession.

Flaggen der Türkei und der EU - Sputnik France
Régime sans visas: Ankara dit avoir rempli la totalité des conditions
Ces dernières semaines, le gouvernement turc avait fait monter la pression sur l'UE, menaçant de ne plus appliquer sa part de l'accord migratoire du 18 mars si la "promesse" européenne d'une exemption de visas n'était pas tenue. Néanmoins, le diplomate turc a rejeté toutes les accusations.

"Non, nous ne menaçons pas. Nous disons franchement la vérité. Il ne faut pas faire un plat de cette histoire. Le maximum dont vous discutez aujourd'hui, c'est d'une simplification élémentaire du régime des visas, et non de l'adhésion à l'UE. Chacun doit tenir ses promesses", a déclaré Mevlut Cavusoglu.

Martin Schulz, le président du parlement européen - Sputnik France
Régime sans visas: seulement si Ankara respecte les exigences de l'UE
Cavusoglu a également ajouté que l'UE ne serait pas capable de résoudre certains problèmes économiques sans la participation de la Turquie.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé à plusieurs reprises de rompre l'accord avec l'UE sur les réfugiés. Le régime d'exemption de visas entre l'UE et la Turquie ne devrait pas voir le jour avant début juillet. Mais pour cela, la Commission européenne doit d'abord vérifier que les 72 critères sont respectés.

La plus importante exigence de l'UE consiste à modifier la loi antiterroriste. En Turquie, en effet, elle est également utilisée afin de réprimer les minorités, les membres de l'opposition et les journalistes. Cependant, M.Erdogan a récemment souligné qu'il n'était en aucun cas prêt à changer la loi en question.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала