Le djihadiste Omar Diaby appelle à voter Marine Le Pen

Donné pour mort depuis neuf mois, le tristement célèbre recruteur de djihadistes français Omar Diaby, dit Omar Omsen, est revenu d'entre les morts. Ce franco-sénégalais a lui-même contacté France 2 pour parler de son retour de Syrie, pour s'exprimer sur Daech et sur les attentats ayant frappé la France et pour évoquer... Marine Le Pen.

Celui qui a enrôlé au moins 80 jeunes français est bel et bien vivant. Qui plus est, il apparaît dans le documentaire "Djihad: les recruteurs" qui sera diffusé dans Complément d'enquête sur France 2. D'ailleurs, c'est lui qui a décidé que l'heure de retourner sur la scène médiatique avait sonné: apprenant que la chaîne préparait un film sur les recruteurs du djihad, il a contacté le journaliste Romain Boutilly.

"L'information nous est parvenue un soir d'avril 2016, après trois heures d'interminables échanges, de jeux de piste et d'énigmes. Derrière son écran, à 4 000 km de moi, un djihadiste français en Syrie se présente comme le frère du défunt Omar Omsen. (…) Puis un message énigmatique s'affiche sur mon écran: +L'émir Omar Omsen n'est pas mort. (…) D'ailleurs, vous parlez avec Omar lui-même depuis tout à l'heure. (…) Je suis vivant!+", relate Roman Boutilly.

Les silhouettes. Image d'illustration - Sputnik France
Deux Français arrêtés pour tentative de rejoindre la nouvelle terre de djihad
Le recruteur niçois qui doit sa célébrité à ses vidéos pro-djihads estampillés "19HH" a expliqué au journaliste que la rumeur de sa mort était nécessaire afin qu'il puisse quitter la Syrie sans se faire repérer et ce "pour subir une importante opération chirurgicale dans un pays voisin".

Emir d'un bataillon de Français du Front al-Nosra (branche d'Al-Qaïda), il a expliqué dans son entretien auquel Le Monde a eu accès que les valeurs et les méthodes employées par les terroristes de Daech étaient bien différentes des siennes.

"Ils ont une compréhension de la charia différente de la nôtre. Lorsqu'on vient dans un pays qui n'est pas le nôtre, on n'a pas le droit d'imposer immédiatement des lois que le peuple n'arrive pas à comprendre (…). On éduque d'abord la population, on lui fait comprendre et aimer la religion. La charia, ce n'est pas couper des mains, ce n'est pas lapider les femmes ou les hommes adultères", indique-t-il.

Le réseau de recrutement aux multiples facettes de Daech - Sputnik France
Le réseau de recrutement aux multiples facettes de Daech
En même temps il justifie les attentats terroristes qui ont frappé la France, indiquant que c'était une riposte aux "frappes françaises sur des femmes et des enfants". Il reproche aux Français d'avoir élu un président dont le programme électoral prévoyait une intervention en Syrie (ce qui ne correspond pas à la réalité).

D'ailleurs, c'est cette pensée qui le pousse à exprimer son soutien au Front national de Marine Le Pen. Selon lui, si les Français veulent prévenir la guerre, c'est Marine Le Pen qu'ils doivent élire.

"Elle est une femme, d'accord, qui est on peut dire raciste, mais au moins elle défend les vraies valeurs de la France. Cette femme a demandé aux troupes françaises de revenir parce que cette guerre-là ne les concernait pas. Eh bien, elle a tout à fait raison", indique-t-il.

Le film "Djihad: les recruteurs" sera diffusé le 2 juin prochain. Ce documentaire mettra en scène des terroristes français en Syrie parlant à visage découvert. Un tournage réalisé selon les conditions imposées par Omar Omsen, explique Roman Boutilly.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала