Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pour Valls, il faudra une génération pour vaincre le terrorisme

S'abonner
Selon le chef du gouvernement français, il faudra "entre 10 et 20 ans" pour éradiquer la menace de l'islamisme radical, et de nouvelles victimes sont une réalité inévitable.

La lutte contre le terrorisme est "l'affaire d'une génération" et d'autres innocents perdront la vie, a déclaré Manuel Valls deux jours après le meurtre de deux policiers par un djihadiste présumé.

Magnanville, France - Sputnik France
Attentat dans les Yvelines: les complices dans le viseur de la police
Le premier ministre a rejeté tout soupçon de négligence des forces chargées de la lutte contre le terrorisme dans la surveillance de l'assassin, Larossi Abbala, qui se trouvait sur écoute téléphonique après avoir été condamné dans un dossier de terrorisme.

Il a indiqué que le placement d'Abbala sur écoute "n'avait pas permis de détecter un éventuel passage à l'acte". Dans le même temps, M.Valls reconnaît qu'il y a "toujours un échec quand il y a deux policiers (…) qui sont assassinés dans ces conditions atroces".

Lundi 13 juin, Larossi Aballa, 25 ans, se revendiquant du groupe djihadiste Daech, a assassiné son voisin, un commandant de police, à Magnanville.

Le terroriste des Yvelines a diffusé son forfait sur Facebook - Sputnik France
Le terroriste des Yvelines a diffusé son forfait sur Facebook
Ensuite, il s'est enfermé dans la maison du policier, prenant en otage sa famille, avant de tuer son épouse. Lors d'une opération spéciale de police, le terroriste a été éliminé.

Toujours d'après Manuel Valls, pour éradiquer la menace de l'islamisme radical, il faudra de 10 à 20 ans, durant lesquels "d'autres innocents perdront leur vie".

"Malheureusement, c'est cette réalité, c'est l'affaire d'une génération", explique le premier ministre cité par France Inter.

Le chef du gouvernement a également rappelé que 15 attentats avaient été déjoués en France depuis 2013 et que 1.216 individus faisaient actuellement l'objet d'une enquête judiciaire en raison de leur implication dans les filières syro-irakiennes.

Il a en outre rejeté l'idée de placer les personnes radicalisées en centre de rétention, proposée par des membres de l'opposition de droite, la jugeant "dangereuse" et susceptible d'affaiblir la lutte antiterroriste.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала