Chaos syrien: Moscou a réussi à empêcher le pire

© Sputnik . Ramil SitdikovUn chasseur russe
Un chasseur russe - Sputnik Afrique
La Syrie est aujourd'hui un champ de ruines: la guerre civile y dure depuis maintenant cinq ans et trois mois. Devenu l'épicentre d'une confrontation globale, ce conflit est encore difficilement compréhensible en Occident.

Bachar el-Assad est-il un boucher sanguinaire ayant brisé le printemps arabe? Ou est-il au contraire le dernier rempart face à la vague islamiste?

Pour nous dévoiler le dessous des cartes, Sputnik News a interrogé Alexandre del Valle, géopolitologue et auteur de l'ouvrage "Comprendre le Chaos syrien" publié avec Randa Kassis, personnalité politique franco-syrienne et présidente du Mouvement de la société pluraliste.

"Malheureusement, l'Occident n'a pas compris les leçons de l'Irak et de la Libye, et aujourd'hui un certain nombre de diplomates et de dirigeants américains aimeraient que le futur président, notamment Hillary Clinton, œuvre à la déstabilisation et au renversement définitif de Bachar el-Assad, ce qui permettra aux forces islamistes, comme en Libye, de régner dans le chaos", a indiqué M.del Valle.

People walk amid the rubble of destroyed buildings following a reported air strike on the rebel-held neighbourhood of al-Kalasa in the northern Syrian city of Aleppo, on April 28, 2016 - Sputnik Afrique
Guerre médiatique: les USA versent des millions pour dénigrer les succès russes en Syrie
Selon lui, le principal problème aujourd'hui est que l'Occident fait la politique des monarchies sunnites, qui ont pour agenda de détruire tous les régimes en place qui sont plus ou moins anti-islamistes et mettre à leur place soit des forces démocratiques islamistes, comme en Tunisie avec Ennahdha ou des forces carrément islamistes de chaos, comme en Irak ou en Libye.

En outre, l'expert estime que l'exclusion des Russes et des Iraniens des négociations sur la paix en Syrie est totalement irréaliste d'un point de vue géopolitique.

Conscient des avancées russes en Syrie, l'analyste politique francais admet que le danger n'a pas disparu. Ainsi, il plaide pour une plus grande prise de conscience des puissances occidentales: "il reste beaucoup à faire au niveau diplomatique".

"La puissance russe a permis d'empêcher le pire: c'est-à-dire un scénario où on aurait armé massivement les islamistes. Les Russes ont été doublement efficaces: par leur intervention directe et parce qu'ils ont réveillé chez les Américains et les occidentaux une prise de conscience", a conclu M.del Valle.

​Au cours de l'opération en Syrie, entamée le 30 septembre 2015, les avions russes ont effectué près de 9.000 sorties et détruit des dizaines de milliers de sites de Daech (Etat islamique) et d'autres groupes extrémistes. Grâce à l'assistance russe, les troupes gouvernementales syriennes ont réussi à reprendre aux terroristes plus de 10.000 kilomètres carrés de territoire et à réduire l'envergure du trafic de pétrole réalisé par Daech.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала