Fuites, piratages, WikiLeaks: sont-ils bons ou mauvais pour la démocratie?

De WikiLeaks à DCLeaks, des fuites de données surgissent sur le web -- certaines classées secret défense. Lorsque de telles informations sont publiées, une grande partie de l'attention se concentre sur l'identité de la source.

De WikiLeaks à DCLeaks, des fuites de données surgissent sur le web — certaines classées secret défense. Lorsque de telles informations sont publiées, une grande partie de l'attention se concentre sur l'identité de la source. Mais la source est largement inutile si les données sont crédibles. (En général, vous saurez si les données sont crédibles lorsque la cible se plaint aux autorités.) La vraie question qu'on devrait se demander c'est si on veut vraiment qu'une culture de transparence et d'accessibilite totale devienne le statut quo, surtout en matière de sécurité nationale.

Mais la source est largement inutile si les données sont crédibles. (En général, vous saurez si les données sont crédibles lorsque la cible se plaint aux autorités.) La vraie question qu'on devrait se demander c'est si on veut vraiment qu'une culture de transparence et d'accessibilite totale devienne le statut quo, surtout en matière de sécurité nationale.

INVITES: Antoine Cheron est avocat, spécialisé dans le droit de l'internet et la protection des données. Thierry Vallat est avocat dans le secteur des nouvelles technologies et notamment en droit des drones et droit de l'internet.

Julian Assange a déclaré qu'il sera extradé aux Etats-Unis, et qu'il devra y rendre des comptes au sujet des fuites. Il est Australien. La Grande Bretagne va-t-elle faire quelque chose?

Antoine Chéron: "Connaissant le pouvoir de convictions des USA (on l'a vu avec des états comme la Suisse), dès qu'il ne sera plus sous protection diplomatique, les USA feront tout en sorte qu'il soit extradé, car les dommages ont été extrêmement importants pour des agences (CIA, FBI), avec des répercussions à travers le monde."

Thiery Vallat: "S'il se retrouve en dehors de l'ambassade de l'Equateur, sur le territoire anglais, avec les liens existant avec les USA, son départ serait inéluctable. A moins que les USA ne signent un accord de non-extradition (ce qui est improbable). S'il part en Australie ou en Suède, ce ne sera qu'un point de chute pour les USA."

Sous quel statut pourrait-il être inculpé, en vertu du droit américain? Assange se dit chef de publication; peut-il se voir offrir la protection octroyée à la presse?

Thierry Vallat: "Beaucoup de chefs d'inculpation pourraient lui être appliqués: atteinte à la sécurité de l'état, vol de données, espionnage. Cela l'emmènerait dans une geôle américaine pour le reste de sa vie, voire la peine de mort, si l'inculpation de conspiration est appliquée.
[…]

C'est un lanceur d'alerte et informateur; mais peut-on le lui appliquer? Il n'a pas de carte de journaliste. Il faut une reconnaissance administrative. Si on devait définir son rôle, il a surtout divulgué des renseignements dans le but de détruire les USA, et il est vu comme l'ennemi public n°1, dans une guerre des données."

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала