Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

En Syrie, "la Turquie risque de faire face à l'armée syrienne"

© Sputnik . Mikhail Voskresensky / Aller dans la banque de photosL'armée syrienne
L'armée syrienne - Sputnik France
S'abonner
Les militaires turcs, qui mènent une opération antiterroriste dans le nord de la Syrie depuis le 24 août, risquent de faire face à l'armée syrienne s'ils élargissent leur zone d'action.

Les forces turques, qui mènent l'opération terrestre Bouclier de l'Euphrate dans le nord de la Syrie, risquent de faire face à l'armée syrienne voire aux militaires russes s'ils élargissent leur zone d'action, a déclaré jeudi à Sputnik Hediye Levent, commentatrice politique de Damas.

"C'est très probable. A Alep, les territoires contrôlés par l'armée syrienne et ceux contrôlés par les groupes djihadistes sont très proches. Certaines régions d'Alep se trouvent à moins de 50 km de la frontière turque. Ces groupes risquent donc de se retrouver nez à nez. Si la Turquie a l'intention de rester longtemps en Syrie, elle n'évitera pas un affrontement avec l'armée syrienne", a indiqué Mme Levent.

armée turque - Sputnik France
La Turquie subit ses premières pertes en Syrie
D'après l'expert, Ankara se trouve dans une situation délicate depuis le début de l'opération Bouclier de l'Euphrate en Syrie.

"La Turquie a cherché à s'ingérer militairement en Syrie sous différents prétextes depuis 2011. On discutait même de la possible participation de l'Otan à cette opération. A présent, Damas a probablement opté pour la variante +Si tu tiens à pénétrer sur le territoire syrien, fais-le+. Il s'agit d'une situation très dangereuse pour la Turquie. Les troupes turques et les groupes de l'opposition risquent de s'embourber dans le +marais+ des luttes intestines en avançant au fond du territoire syrien", a-t-elle ajouté.

Selon elle, les groupes que la Turquie soutient en Syrie et qui affirment appartenir à l'Armée syrienne libre, "n'ont rien à voir avec l'ASL".

"La plupart d'entre eux sont des djihadistes ou leurs sympathisants. Leur capacité de combat et leur fiabilité sont douteuses. Si les forces armées turques font confiance à ces groupes et décident d'avancer au fond du territoire syrien en affrontant les terroristes de Daech et d'autres organisations extrémistes, les troupes turques risquent de soutenir tout le poids de la guerre sur le sol syrien. Ces groupes d'opposition peuvent se disperser très vite", a conclu Mme Levent. 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала