Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Masha et Michka", le dessin animé russe qui a conquis le monde, dévoile ses secrets

S'abonner
Diffusé dans 100 pays, le dessin animé russe Masha et Michka (Masha et l'ours) est un véritable succès autour du monde: un épisode figure même dans les 10 vidéos les plus visionnées sur YouTube.

Le dessin animé russe Macha et l’Ours a été vue plus d’un milliard de fois - Sputnik France
Le dessin animé russe Macha et l’Ours a été vue plus d’un milliard de fois
L'hebdomadaire allemand Der Spiegel souligne que c'est l'unique vidéo non musicale du top-10 et rappelle que seulement trente vidéos ont passé la barre du milliard de vues dans toute l'histoire du site d'hébergement.

Le correspondant du magazine, s'est rendu au studio Animaccord de Moscou pour tenter de lever le voile sur les secrets de fabrication de ce succès planétaire.

"Le studio fait de plus en plus parler de lui dans les médias occidentaux. De grandes compagnies américaines spécialisées dans le divertissement s'intéressent au producteur russe de courts métrages animés", introduit-il.

En particulier, le dessin animé est retransmis par le service américain Netflix, qui compte 70 millions d'abonnés. En Italie Macha et l'ours est diffusé cinq fois par jour sur la chaîne Rai Yoyo, et en Indonésie il est si populaire que les parents ont commencé à nommer leurs filles Macha.

Dans le studio moscovite est affichée une carte du monde où sont indiqués tous les pays où le dessin animé est diffusé à la télévision: il y en a déjà cent et ce chiffre continue d'augmenter.

Quand on interroge le directeur général d'Animaccord sur le succès de sa création, il répond: "Il n'y a aucun secret. C'est probablement pourquoi nous sommes aussi bons".

En effet, initialement, ce petit studio moscovite n'avait préparé aucun plan pour conquérir le marché que se partagent des compagnies comme Disney ou 20th Century Fox.

Près de 20 années se sont écoulées entre la première idée de Macha et l'ours et son succès international.

Le premier brouillon a été dessiné par le peintre Oleg Kouzovkov en 1996 alors qu'il observait sa fille qui jouait avec des amis en vacances. La fillette courait toute la journée sur la plage mais les adultes, qui ne voulaient pas jouer avec elle, faisaient semblant de dormir ou se cachaient dès qu'ils la voyaient — tout comme l'ours dans le dessin animé.

Oleg Kouzovkov travaillait déjà dans la production de dessins animés à l'époque soviétique.

"Beaucoup de dessins animés soviétiques sont devenus de petits chefs-d'œuvre. De nombreux studios ont créé leur version des classiques. Il y a le Winnie l'ourson russe. Le dessin animé Attends un peu! rappelle Tom et Jerry. En 1967 apparaît la version russe du Livre de la jungle, qui respectait davantage les canons du livre de Rudyard Kipling que le studio Disney", écrit l'hebdomadaire.

Après la chute de l'URSS, l'argent a commencé à manquer pour les nouveaux projets et Kouzovkov a émigré à Los Angeles. C'est seulement en 2008 qu'il a trouvé des sponsors pour Macha et l'ours. Depuis, il voyage entre la Russie et les USA.

Le modèle commercial d'Animaccord est inhabituel pour ce secteur. Tandis que d'autres compagnies cinématographiques engagent des démarches juridiques contre les versions piratées, ce studio les soutient. De nouveaux épisodes apparaissent sur YouTube avant d'être disponibles en DVD. De plus, Animaccord permet d'en télécharger.

Cette stratégie s'est avérée rentable: au total la série a réuni sur YouTube plus de 16,5 milliards de clics. Le dessin animé est devenu si populaire sur ce site d'hébergement qu'Animaccord continue de recevoir la majeure partie de ses revenus de la publicité.

Le studio travaille entre trois et quatre mois sur un épisode de 6 minutes, et diffuse seulement une dizaine d'épisodes par an. Les grands investisseurs sont prêts à accorder beaucoup de moyens au studio pour engager des dessinateurs supplémentaires et diffuser un plus grand nombre de séries, mais le directeur général décline ces offres.

"Macha perdrait son âme", explique Dmitri Loveïko, producteur du dessin animé.

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала