Convoi humanitaire bombardé en Syrie: les USA refusent de divulguer leurs informations

© REUTERS / Ammar AbdullahConvoi humanitaire bombardé en Syrie
Convoi humanitaire bombardé en Syrie - Sputnik Afrique
À en croire la Maison Blanche, les Américains disposent de tout un lot de données concernant la frappe aérienne contre le convoi onusien près d’Alep. Le seul problème étant que les États-Unis ne veulent pas que le public en prenne connaissance…

John Kerry - Sputnik Afrique
Kerry a donné un «mauvais show» à l’AG de l’Onu, selon Zakharova
« Nous avons certainement toutes les informations concernant ce qui s'est passé sur les lieux, y compris des déclarations de témoins et de nombreuses autres parties. Il va de soi que nous avons les données du renseignement, mais nous n'allons pas en discuter avec les journalistes », a annoncé un haut responsable de la Maison Blanche.

Ces déclarations fracassantes, qui ne contribuent aucunement à faire la lumière sur ce qui s'est véritablement passé lors de l'attaque meurtrière sur le convoi humanitaire en Syrie, ne semblent-elles pas d'ailleurs contredire les propos tenus plus tôt par les militaires américains ?

Commentant les accusations contre Damas et Moscou d'avoir bombardé le convoi humanitaire, le chef d'état-major inter-armées américain Joseph Dunford avait en effet été contraint d'avouer : « Nous ne disposons d'aucune preuve. »

Après avoir apparemment réalisé le sens de la phrase qu'il venait de prononcer, il s'est empressé d'ajouter : « Nous savons qu'il y avait deux avions russes à ce moment-là, dans cette zone. Et j'estime qu'ils pouvaient le faire. Mais nous savons également qu'il y avait encore des avions syriens. Je ne peux pas dire avec certitude que c'était la Russie. Mais c'était soit les Russes, soit le régime. »

Syrische Armee in Aleppo - Sputnik Afrique
L'armée syrienne déclare la fin du cessez-le-feu
Mais si les Américains ont « certainement toutes les informations concernant ce qui s'est passé sur les lieux », pourquoi alors autant de doute dans les déclarations du général ? Pourquoi toute cette hésitation entre celui à qui imputer la faute et cet aveu inattendu selon quoi Washington manquerait de preuves ?

Et pendant qu'on cherche des réponses à tout cela, Washington se veut rassurant : les USA vont « continuer de développer notre compréhension de ce qui se passe en Syrie ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала