Limitation du droit de veto: Moscou et Washington ne veulent pas en entendre parler

© Sputnik . Sergei Guneev / Aller dans la banque de photosЗдание ООН в Нью-Йорке
Здание ООН в Нью-Йорке - Sputnik Afrique
L'Onu n’a aucune solution universelle concernant la réforme du Conseil de sécurité, selon Vladimir Safronkov, représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l’organisation internationale.

Prenant la parole lors d'une réunion de l'Assemblée générale de l'Onu concernant l’augmentation du nombre des membres du Conseil de sécurité, Vladimir Safronkov, représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l’organisation, a noté que même si les États membres de l’Onu avaient réussi à faire avancer le débat, on est encore loin d’aboutir à une solution universelle qui pourrait obtenir un large consensus.

Mais que dit l’Onu des crimes de guerre de la coalition internationale en Syrie? - Sputnik Afrique
Mais que dit l’Onu des crimes de guerre de la coalition internationale en Syrie?

Le diplomate a précisé que les approches des parties « variaient considérablement et parfois même étaient diamétralement opposées ». 

La suggestion la plus populaire faite récemment était celle de la France et du Mexique qui se sont déclaré favorables à la restriction du droit de veto quand il s'agit de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre ou d’un génocide. 

A cet égard, la Russie a déclaré qu’elle trouvait inacceptable « toutes les idées qui pourraient limiter les prérogatives des membres permanents actuels du Conseil de sécurité, y compris le droit de veto ».

« Cette institution est un facteur important qui stimule les membres du Conseil à rechercher des solutions équilibrées. Empiéter sur le droit de veto serait erroné du point de vue historique et politique », a dit le représentant russe.

Yémen - Sputnik Afrique
Le président yéménite rejette un nouveau plan de règlement proposé par l'Onu

En outre, la Russie continue de soutenir l'idée d’assurer le caractère plus représentatif du Conseil de sécurité de l’Onu en y associant des pays émergents d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. D’après M. Safronkov cela ne doit pas affecter la capacité du Conseil à répondre efficacement et rapidement à de nouveaux défis. 

Washington s’est également prononcé contre les limitations du droit de veto et s’est dit prêt à soutenir « des propositions argumentées en faveur d’un élargissement modeste du nombre de membres grâce à l’intégration de représentants permanents et non permanents ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала