Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

A peine réconciliés, Ankara critique Tel-Aviv

CC0 / bsulunhat / Le drapeau de Turquie
Le drapeau de Turquie - Sputnik France
S'abonner
Le président turc Recep Tayiip Erdogan fait état des progrès réalisés dans les relations entre la Turquie et Israël mais refuse de revenir sur ses récentes déclarations très dures concernant la politique de l’État hébreux envers les Palestiniens.

« Je suis persuadé que nous avons considérablement progressé dans la direction de la normalisation de nos relations », a déclaré le leader turc sur la chaîne israélienne privée Channel 2, dans une des rares interviews diffusée lundi soir que le chef d’État turc a accordée à un média de ce pays.

Israël et Turquie: vers une normalisation des relations - Sputnik France
Israël et Turquie: vers une normalisation des relations
Dans le même temps, le leader turc a appelé à intégrer au processus de paix le mouvement palestinien Hamas qu’Israël considère comme terroriste et exhorte à boycotter.

M. Erdogan a refusé de reconnaître le statut terroriste du Hamas, ajoutant qu’il était en contact permanent avec ses responsables. Selon le président turc, le succès des négociations n’est possible que dans l’éventualité où les représentants du Hamas seraient présents à la table de négociations de concert avec ceux du Fatah, mouvement avec lequel Israël a vainement tenté de négocier dernièrement.

Ces dernières déclarations surviennent alors que la Turquie et Israël se sont récemment réconciliés après une brouille de six ans provoquée par un assaut meurtrier des forces israéliennes contre une flottille turque cherchant à briser le blocus de la bande de Gaza.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
La réponse de la Turquie aux accusations d’Israël se fait attendre
Dix militants turcs qui se trouvaient à bord avaient été tués.

Israël et la Turquie ont procédé la semaine dernière à la nomination réciproque d'ambassadeurs, mettant fin à une crise née de l'assaut mené en 2010 par les forces spéciales israéliennes contre le Mavi Marmara, un bateau turc faisant partie d'une flottille qui se dirigeait vers la bande de Gaza.

Commentant sa récente déclaration concernant la politique d’Israël à l’égard des Palestiniens, Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu'il était « déplacé de se demander qui était le plus barbare », apprend-on de l’AFP.

En juillet 2014, en pleine intervention israélienne à Gaza (opération baptisée « Bordure protectrice » par le gouvernement israélien), M. Erdogan avait accusé l’État hébreu d'avoir « surpassé Hitler en matière de barbarie », provoquant un tollé.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала