Un nouveau système de missiles déployé en Crimée

© Sputnik . Vitaly Ankov / Aller dans la banque de photosLancement d'un missile par le système Bastion
Lancement d'un missile par le système Bastion - Sputnik Afrique
Malgré la pression de la communauté internationale, la Russie renforce la sécurité de la péninsule de Crimée.

FILE -- An anti-aircraft defense missile C-75 that Ukrainian military is armed with is seen on this file photo made during military training in the Ukrainian Crimean peninsula Oct.12, 1999. - Sputnik Afrique
En violation du droit international, Kiev effectuera des tirs dans la région de la Crimée
Un nouveau système de missiles de défense côtière russe K-300P Bastion-P sera déployé en Crimée pour remplacer celui transféré auparavant en Syrie, a déclaré à l’agence Ria Novosti une source dans les organismes russes de sécurité.

Le bataillon déployé comprend 10 véhicules, y compris quatre lanceurs automoteurs dont chacune porte deux missiles anti-navires supersoniques P-800 Oniks. 

« Le déploiement des systèmes Bastions renforce considérablement la protection et la sécurité de l’île en mer », a ajouté la source.

Le système de missiles de défense de ce type basé auparavant sur la péninsule a été acheminé en Syrie en octobre 2016.Ce transfert a été effectué afin de renforcer le contingent militaire russe dans ce pays et sécuriser l’arrivée des porte-avions de la marine russe.

Керченская переправа - Sputnik Afrique
Militaires russes kidnappés en Crimée: une «perfidie», selon Poutine
Le 15 novembre dernier, le Bastion a été utilisé afin d’effectuer des frappes contre les positions des terroristes.

Les systèmes de ce type sont destinés à détruire les navires ennemis qui se trouvent à une distance allant jusqu’à 300 kilomètres, mais peuvent également être utilisés contre les cibles au sol.

Peuplée principalement par des russophones, la Crimée a adhéré à la Fédération de Russie suite au référendum organisé en mars 2014, après le coup d’État en Ukraine. La majorité absolue des habitants de la péninsule (96,77 %) ont opté en faveur du rattachement de la Crimée à la Russie.

L'Ukraine ne reconnaît pas les résultats du référendum et considère cette région comme un territoire occupé. Moscou a à plusieurs reprises souligné le caractère démocratique du suffrage et sa conformité aux normes du droit international. Il a également appelé la communauté internationale à respecter le choix des Criméens.

Plusieurs pays occidentaux ont par la suite introduit des sanctions contre la Russie en accusant Moscou d’« occuper le territoire ukrainien ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала