Pas de renforcement de la sécurité en France suite à l'attentat de Berlin

« La sécurisation des marchés de Noël a été immédiatement renforcée » annonçait le Ministère de l’Intérieur peu après l’attentat qui a coûté la vie à 12 personnes à Berlin. Le lendemain matin, retournement de situation, Bruno le Roux a déclaré « le dispositif n’a pas à être renforcé », expliquant que tout était déjà mis en place.

Berlin, l'Allemagne, l'Europe sont sous le choc suite à l'attentat qui a coûté la vie à 12 personnes et en a blessé 48 autres hier soir. Un drame survenu lorsqu'un camion a délibérément foncé dans la foule qui se pressait au marché de Noël, en plein centre-ville de la capitale allemande. Qualifié dans un premier temps de « probable attaque terroriste » par la police allemande, l'attentat a fait réagir les autorités françaises. Peu après l'attaque, le ministère de l'Intérieur publiait un communiqué annonçant le renforcement des mesures de sécurité sur les marchés de Noël.

deuil après l`attaque de Berlin - Sputnik France
Attaque de Berlin: «tous victimes de Merkel» pour l’extrême droite allemande
Revirement, ce 20 décembre au matin, Bruno Le Roux, qui s'est rendu sur le marché de Noël de Strasbourg et qui était hier en déplacement à Berlin pour rencontrer son homologue allemand, a annoncé qu'il n'y aura pas de mesures de sécurité supplémentaires, expliquant que tout était déjà en place. Le nouveau ministre de l'Intérieur a exhorté les Français à « continuer de s'amuser », tout en restant prudent.

Il faut dire que le dispositif de sécurité en France est depuis presque deux ans maintenu à son maximum, en témoigne l'ajout fin novembre d'un nouveau niveau d'alerte au plan Vigipirate. L'armée est dans la rue. Un rythme éreintant pour les membres des forces de l'ordre, comme le souligne Anthony Caillé, Secrétaire général de la CGT Police de Paris, pour qui ces renforcements successifs ne font pas tout:

« La police nationale et le tout sécuritaire ne pallieront pas les prises de position d'un gouvernement au travers de missions à l'étranger, telles que la Syrie ou l'Irak. Aujourd'hui, on arrive aux limites de ce qui peut être fait sur les grandes villes de France. »

Anthony Caillé souligne également que les efforts humains et matériels doivent aller de pair avec ceux portés sur le renseignement. Des efforts qui demeurent bien moins visibles du grand public.

Le marché de Noël de Berlin visé par une attaque terroriste - Sputnik France
Lundi rouge du 19 décembre: les quatre attaques sont-elles liées?
Les marchés de Noël, déjà ciblés: il y a deux ans, presque jour pour jour, le 22 décembre 2014, à Nantes, une camionnette fonçait sur un chalet qui servait du vin, avant que le chauffeur ne s'assène plusieurs coups de couteau dans le thorax. Bilan un mort et neuf blessés. « Un cas isolé », avait alors jugé le procureur de la République de Nantes, Brigitte Lamy. Le chauffeur du véhicule, fortement alcoolisé, évoquait « sa haine de la société » dans un carnet retrouvé dans son véhicule. Il s'est suicidé dans sa cellule en avril dernier. La veille de cette attaque, à Dijon, un automobiliste aux antécédents psychiatriques lourds fauchait délibérément 13 piétons.

Des attaques à la voiture bélier contre lesquelles Roland Riès, maire de Strasbourg, s'est prémuni. Déclarant garder à l'esprit que l'attentat de Berlin « aurait pu être à Strasbourg », il présentait au micro de France Bleu l'amélioration des mesures de sécurité de l'emblématique marché de Noël de la ville: « On a créé une sorte de bulle dans la Grande île, avec des plots rétractables pour empêcher les voitures de rentrer, on a construit des fosses autour des voies de tram. Certains nous ont reproché ces mesures excessives, on voit bien qu'elles étaient nécessaires ». Si l'édile se dit « pas complètement rassuré » étant donné le symbole que représentent les marchés de Noël, il n'entend pas pour autant céder à la peur.

​Mais si la sécurité est maximale à Strasbourg, qu'en est-il des autres marchés de Noël, notamment dans la capitale? Rappelons que celui de Paris, installé sur l'avenue des Champs-Élysées depuis le 11 novembre, était l'une des cibles potentielles du réseau terroriste démantelé fin novembre à Strasbourg et Marseille, après une série d'interpellations menée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). À Paris, les organisateurs ont annoncé avoir pris des mesures pour éviter toute intrusion de véhicule sur le marché, afin de tenir compte du drame de Nice, qui présente plus que des similitudes avec l'attentat de Berlin.

Pourtant, si des plots béton armé sont bien présents, ils ne sont pas si nombreux. De même, les arbres qui bordent l'avenue sont assez espacés. Seule séparation entre les chalands et la circulation, des barrières de sécurité. Pour Anthony Caillé les moyens de sécurité peuvent toujours être accrus, restent à savoir jusqu'où sont prêts à aller les responsables politiques locaux:

Attentat au camion à Berlin - Sputnik France
Attaque de Berlin: «Nous devons nous préparer pour une lutte dure et prolongée»
« Il y a aussi des contraintes de liberté collective et individuelle, celle d'aller et venir… c'est également aux municipalités d'être en charge de leur sécurité […] Après c'est un choix politique, un choix de société: comment veut-on vivre? On pourrait mettre du tout sécuritaire, mais je ne pense pas qu'aujourd'hui les grandes villes de France soient pour un tout sécuritaire. »

Des choix face aux risques terroristes que les municipalités n'appréhendent pas toute de la même manière, comme le souligne Anthony Caillé:

« On le voit bien, il y a des villes qui ne réagissent pas du tout de la même façon, des municipalités qui n'ont absolument pas la même réaction face à ce genre d'actes barbares. »

La sécurité des marchés de Noël, après l'attentat de Berlin, une problématique sur laquelle l'une de nos équipes est justement allée interroger badauds et commerçants sur les Champs Elysées

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала