- Sputnik France
Russeurope Express
Les économistes ne mangent pas tous des enfants! Rendez-vous chaque semaine avec Jacques Sapir, Clément Ollivier et leurs invités pour égrener les sujets de fond qui se cachent derrière le tumulte de l’actualité.

La gauche est-elle morte en Amérique latine?

Jacques Sapir
Jacques Sapir - Sputnik France
Un cycle politique, en cours depuis les années 2000, semble en passe de s’achever : celui des gauches en Amérique Latine. Quel bilan peut-on tirer de cette vague progressiste ? Jacques Sapir recevait à ce sujet Jean-Jacques Kourliandsky, spécialiste à l’IRIS de l’Amérique latine.

La vague progressiste latino-américaine devait sortir le continent de la pauvreté. Une dizaine d'années plus tard, la majorité de ces leaders de gauche sud-américains ont disparu pour laisser place au retour de la droite. Comment expliquer ce retrait de la gauche?

Jean-Jacques Kourliandsky met en avant plusieurs facteurs, d'abord l'économie dès 2011: « la croissance chinoise qui était le moteur essentiel de cette flambée des prix des matières premières, s'est ralentie, d'où les difficultés qu'ont rencontrés la plupart des gouvernements en place. » La politique ensuite: « il y a eu des alternances difficiles à qualifier, des coups d'État non militaires par exemple au Honduras, au Paraguay et le dernier en date qui a fait beaucoup plus de bruit […] au Brésil. »

Jean-Jacques Kourliandsky insiste également sur les grandes différences entre ces progressistes, des péronistes argentins jusqu'au parti socialiste vénézuélien. Leurs seuls points communs? « Les politiques sociales, les politiques keynésiennes de relance et l'affirmation souverainiste, nationaliste. »

Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre chaîne YouTube

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала