Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
 - Sputnik France
Russeurope Express
Les économistes ne mangent pas tous des enfants! Rendez-vous chaque semaine avec Jacques Sapir, Clément Ollivier et leurs invités pour égrener les sujets de fond qui se cachent derrière le tumulte de l’actualité.

Vivons-nous la fin de l’État Providence ?

Jacques Sapir
Jacques Sapir - Sputnik France
S'abonner
L’État Providence en France est de plus en plus remis en cause par certains candidats à la présidentielle du fait de son coût. Retour sur le sujet avec Jacques Sapir et Christophe Ramaux, économiste à Paris 1, Frank Dedieu, professeur à l'IPAG Business School et Benjamin Masse-Stamberger, journaliste économique.

Faut-il affaiblir l'État social? La protection sociale s'est développée depuis la fin du XIXe siècle. Dans les années 1930 s'est développée, sous l'influence de Beveridge, la couverture globale par l'Etat.de ces trois risques: santé, vieillesse, chômage. Par souci d'économie et pour réduire « l'assistanat », Emmanuel Macron et François Fillon souhaitent tous deux mener un plan de réformes sociales.

Christophe Ramaux, auteur de l'Etat Social aux éditions Mille et une nuits, estime qu'il ne faut pas réduire l'État Providence à la simple protection sociale car « l'on met de côté les trois autres piliers de l'État social: les services publics, 30 % des emplois en France, c'est absolument colossal, le droit du travail et puis toutes les politiques économiques, budgétaires, monétaires, commerciales, politiques de revenus. On gomme ce qui fait la révolution au XXe siècle. »

Frank Dedieu considère que l'on « peut imaginer qu'il y a une crise de l'État Providence, au moins dans la tête des gens […] Ce qui reste de l'État social […] il reste effectivement l'idée que l'on répare, c'est-à-dire que l'État Providence n'est plus un objectif, un but au contraire, il sert à réparer, il sert à appliquer des pansements sociaux sur le problème de l'économie de marché qui crée des déséquilibres, des inégalités. »

Benjamin Masse-Stamberger remarque que lorsqu'on est « dans une société où on a un collectif qui est fort, la société qui précède la mondialisation, le néo-libéralisme, on a un terreau d'un certaine manière, qui est favorable au développement de l'État social. »

Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre chaine YouTube

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала