Poutine et cyrillique: la drôle de Une du New Yorker

© Photo Youtube / capture d'écranPoutine fait son apparition à la une du New Yorker éditée en cyrillique
Poutine fait son apparition à la une du New Yorker éditée en cyrillique - Sputnik France
Costume brun et cravate verte, Vladimir Poutine regarde d’un air songeur avec son monocle un papillon coloré avec la tête du président américain – ça vous rappelle un rêve bizarre? Que nenni! Le journal américain New Yorker a publié en une un dessin illustrant un article regorgeant d’accusations traditionnelles contre la Russie.

L'hebdomadaire américain New Yorker a proposé à ses lecteurs une curieuse illustration en couverture de son nouveau numéro de mars, sur laquelle on voir un portrait de profil du président russe Vladimir Poutine qui regarde avec un monocle un papillon ayant la tête du chef d'État américain Donald Trump.

L'auteur du dessin Barry Blitt a également écrit en russe « New Yorker » et son nom sur la couverture.

Le journal décrypte le sens cette illustration dans l'article « Mesures actives », intitulé également « Poutine, Trump et une nouvelle guerre froide », écrit par les journalistes Evan Osnos, David Remnick, et Joshua Yaffa.

L'article de trois journalistes du New Yorker constitue un résumé des faits connus et d'accusations répétées contre la Russie sur fond d'événements historiques du passé récent. Avec en prime les commentaires d'hommes politiques américains, d'ex-fonctionnaires et de militaires, ainsi que de « fonctionnaires de l'administration américaine » qui n'ont pas été nommés ainsi que de représentants de l'opposition russe et de certains experts.

Cette illustration curieuse a suscité une vague de réactions sur les réseaux sociaux. Certains utilisateurs ont fustigé les journalistes d'avoir recourir aux accusations banales, mais d'autres ont remercié le journal pour ce travail créatif.

Oh New Yorker, vous êtes toujours amusant et créatif. Poursuivez dans le même esprit et félicitations!

Autant que vous êtes tentés de ridiculiser Poutine et de ne pas tenir compte de tout ce qu'il a à dire, la plupart de ses critiques au sujet de la politique étrangère des États-Unis du 21ème siècle sont plus ou moins légitimes.

Certains n'ont pas raté l'occasion de plaisanter:

Si j'étais Poutine, j'engagerais des poursuites contre le journal pour la cravate verte. Il n'est jamais tombé si bas.

L'essentiel de « Poutine, Trump et une nouvelle guerre froide »

L'article commence par revenir sur la confrontation entre l'URSS et les États-Unis pendant la guerre froide, en mettant l'accent sur les efforts réalisés par les services spéciaux soviétiques afin de mener des campagnes d'information antiaméricaines.

Le Spiegel fait un portrait hybride de Poutine et de Trump sur sa nouvelle Une - Sputnik France
Le Spiegel fait un portrait hybride de Poutine et de Trump sur sa nouvelle Une
La deuxième partie de l'article, intitulée « Guerre froide 2.0 », représente un condensé des accusations, déjà traditionnelles pour la presse et le monde politique américain, formulées contre la Russie. Les auteurs accusent Moscou de cyberattaques et d'« ingérence » dans les élections aux États-Unis en 2016. Ces accusations ont été rejetées à plusieurs reprises par Moscou.

La troisième partie, « Le monde de Poutine », trace un bref compte rendu de la politique intérieure et étrangère du président russe, avec un accent sur les relations russo-américaines.

Baptisé « La guerre hybride », le quatrième chapitre touche l'histoire des cyberattaques au cours des dernières années qui, selon les auteurs, ont été perpétrées par des pirates et/ou les autorités russes depuis 2007. Le chapitre se réduit à un résumé des piratages contre des bases de données du parti démocrate américain, de l'Agence mondiale antidopage et d'un certain nombre d'autres systèmes. En outre, les auteurs notent qu'une vaste campagne de désinformation contre Hillary Clinton a été menée lors de l'élection présidentielle américaine.

Vladimir Poutine - Sputnik France
Journaliste US: «Non, Poutine n’est pas un super-vilain»
La cinquième et dernière partie de l'article, « La théorie de la turbulence », est dédiée aux événements qui ont suivi l'investiture de Donald Trump et à ses liens présumés avec la Russie, évoquées régulièrement dans les médias mainstream.

Bien que l'article abonde en accusations banales et réchauffées, les auteurs reconnaissent qu'« aucun analyste raisonnable n'estime que les actions résolues de la Russie aux États-Unis et en Europe ont pu conduire à la montée en puissance de Trump et des politiques nationalistes en Europe ». Dans le même temps, ils finissent l'article en citant les paroles du journaliste russe Alexeï Venediktov selon lequel « les turbulences en Amérique » liées aux scandales autour du président américain sont bénéfiques pour Moscou, qui a maintenant « des mains libres ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала