Syrie: l’Occident prêt à «pactiser même avec le diable» au nom de ses buts géopolitiques

© Sputnik . Maxim Blinov / Aller dans la banque de photosKonstantin Kossatchev
Konstantin Kossatchev - Sputnik France
Selon le sénateur russe Konstantin Kossatchev, les efforts visant à lancer un processus politique de paix en Syrie se heurtent à l’égoïsme géopolitique de l’Occident.

Konstantin Kossatchev, président de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), a déclaré ce mardi au cours d'une conférence vidéo avec ses homologues français consacrée au règlement en Syrie et organisée par l'agence Rossiya Segodnya, que pour éviter la répétition des événements tragiques en Syrie il fallait briser l'égoïsme géopolitique de l'Occident.

Le sénateur russe a dénoncé la politique de deux poids deux mesures appliquée par les pays occidentaux, notamment en divisant les terroristes en « bons » et « mauvais ».

« Une tactique et une stratégie erronées n'ont rien appris à nos partenaires occidentaux : ils nourrissent l'illusion de pouvoir pactiser même avec le diable afin d'atteindre leurs buts géopolitiques et réaliser des intérêts purement égoïstes dans d'autres pays », a-t-il déploré.

Selon lui, la Syrie et certains autres États deviennent les otages d'une telle pratique négative qui conduit à la destruction du patrimoine de la culture humaine et à la disparition de pays entiers.

« Si nous autres, les forces du bien dans la bataille contre le mal, ne remportons pas en Syrie une victoire décisive non seulement sur le terrorisme dans ce pays, mais aussi sur l'idéologie de l'hégémonie géopolitique et de la domination sur les opposants — la domination à tout prix indépendamment de savoir combien elle coûtera aux opposants et au reste du monde —, nous allons nous enliser une nouvelle fois dans le scénario de situations tragiques que nous observons actuellement en Syrie », a dit le sénateur.

Konstantin Kossatchev a ajouté que le point de non-retour avait été franchi en Syrie, eu égard aux attentes liées à la chute du pouvoir syrien et à la victoire de l'internationale terroriste. En dépit de nombreuses difficultés, la situation dans ce pays évolue vers un règlement politique.

Damas - Sputnik France
Cessez-le-feu en Syrie: la presse salue une «victoire» de Poutine
Le régime de cessez-le-feu en Syrie instauré le 30 décembre dernier est « plus ou moins observé par les parties en conflit, à l'exception, certes, des organisations terroristes ».

M. Kossatchev a indiqué que, le plus souvent, les violations du cessez-le-feu étaient liées à l'absence d'une nette distinction entre les terroristes et l'opposition modérée.

« Sur fond de cessez-le-feu, les efforts augmentent afin de lancer des processus politiques », a-t-il signalé.
Il a cependant déploré que les négociations inter-syriennes d'Astana se soient déroulées sans la participation de l'opposition armée.

« Nous constatons que des étincelles jaillissent entre l'émissaire du secrétaire général de l'Onu Staffan de Mistura et le gouvernement syrien. Pourvu qu'elles n'allument pas un conflit », a expliqué le sénateur.

Enfin, M. Kossatchev a rappelé qu'une délégation de parlementaires russes et européens se trouvait actuellement en Syrie et que le Parlement européen témoignait d'un intérêt grandissant pour le dossier syrien.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала