Ex-ambassadeur turc aux USA: l'attaque d'Idlib, une tentative pour torpiller la trêve

© REUTERS / Ammar AbdullahA man breathes through an oxygen mask as another one receives treatments, after what rescue workers described as a suspected gas attack in the town of Khan Sheikhoun in rebel-held Idlib, Syria
A man breathes through an oxygen mask as another one receives treatments, after what rescue workers described as a suspected gas attack in the town of Khan Sheikhoun in rebel-held Idlib, Syria - Sputnik Afrique
La présumée attaque chimique d'Idlib avait pour l'objectif de torpiller le régime de cessez-le-feu en Syrie, a déclaré l'ex-ambassadeur turc aux États-Unis, Faruk Loğoğlu, contacté par Sputnik.

Chemické zbraně - Sputnik Afrique
Moscou explique à qui profite la tragédie d'Idlib
Suite aux déclarations du secrétaire d'État américain Rex Tillerson, qui a estimé que le sort de Bachar el-Assad devait être décidé par le peuple syrien, une tragédie s'est produite dans la province d'Idlib, où près de 80 personnes ont trouvé la mort dans une attaque au sarin. Pour Faruk Loğoğlu, ancien vice-chef de la diplomatie turque et ex-ambassadeur du pays à Washington, il semble que « certaines forces » aux États-Unis mettent tout en œuvre pour que la crise syrienne ne soit pas résolue.

L'ex-diplomate rappelle que le Conseil de sécurité de l'Onu a estimé nécessaire d'enquêter sur le drame d'Idlib qui a emporté des dizaines de vies innocentes. « Pourtant, plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis, imputent cette attaque chimique aux forces gouvernementales sans en fournir la moindre preuve », déplore M. Loğoğlu.

« S'ils possèdent des informations qui confirment l'implication des forces syriennes dans l'attaque, qu'ils les présentent à la communauté internationale. Néanmoins, ils ne font pas ça », constate l'interlocuteur de l'agence.

Mike Pence - Sputnik Afrique
Idlib: les USA doutent de la destruction des armes chimiques syriennes sous leur contrôle
Quoiqu'il en soit, celui qui a commis cette attaque cherchait à torpiller le régime de cessez-le-feu en Syrie installé dans le pays grâce aux efforts conjoints russo-turcs, indique l'ancien diplomate.

L'opposition syrienne a appelé mardi l'Onu à enquêter sur une attaque au « gaz toxique », attribuée au gouvernement de Damas, qui avait fait des dizaines de morts à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib contrôlée par les insurgés. Le commandement de l'armée syrienne a rejeté les accusations et reporté la responsabilité de l'attaque sur les djihadistes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала