Les «bombes informationnelles» bientôt considérées comme des actes d'agression?

© Photo pixabaynouvelles
nouvelles - Sputnik Afrique
Les résolutions de l'Onu ont déjà vieilli et ne réglementent pas l'utilisation d'armes informationnelles, estime Igor Dilevski, chef adjoint du commandement opérationnel principal de l'État-major général des Forces armées russes.

Le ministère russe de la Défense préconise l'adoption d'instruments juridiques internationaux qui réglementerait l'utilisation des armes informationnelles, a déclaré général-major Igor Dilevski, lors d'une conférence sur la sécurité internationale à Moscou.

« La communauté internationale a élaboré des règles de guerre, mais elles ne couvrent que partiellement la guerre dans le domaine de l'information, c'est pourquoi il faut sérieusement aborder ce problème » — a-t-il souligné.

Hacker - Sputnik Afrique
L'impossibilité de détecter la source d'une cyberattaque permet de désigner les coupables

Selon lui, pour évaluer les risques d'application militaire des technologies de l'information, il faut élaborer de nouveaux critères qui compléteront ceux qui figurent aujourd'hui dans la résolution de l'Assemblée générale de l'Onu № 3314 (XXIX) du 14 Décembre 1974, intitulée « Définition de l'agression ».

« La liste des éventuels actes d'agression peut être complétée par une disposition sur l'utilisation d'une arme informationnelle par les forces armées d'un état contre des objets importants d'un autre état, ce qui peut entraîner une importante perte humaine et de grande destructions », a-t-il ajouté.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала