Vers une explosion du Parti socialiste?

© AFP 2022 PHILIPPE HUGUENA socialist militant reacts after the announcement of the first results of the the regional elections' first round in the Nord-Pas de Calais-Picardie region on December 6, 2015 at the French socialist party (PS) local headquarters in Lille, northern France.
A socialist militant reacts after the announcement of the first results of the the regional elections' first round in the Nord-Pas de Calais-Picardie region on December 6, 2015 at the French socialist party (PS) local headquarters in Lille, northern France. - Sputnik Afrique
Manuel Valls est visé par une procédure d'exclusion du PS, tandis que Benoît Hamon s'apprête à fonder son propre mouvement et qu'Anne Hidalgo, Martine Aubry et Christiane Taubira lancent «Dès demain». Assistons-nous aujourd'hui à l'explosion du Parti socialiste? Pour répondre à cette question, Sputnik s'est adressé à Emmanuelle Gave.

Benoit Hamon, French Socialist party 2017 presidential candidate, reacts as he delivers a speech at La Mutalite meeting hall in Paris after early results in the first round of 2017 French presidential election, France, April 23, 2017. - Sputnik Afrique
Défaite du PS : faut-il sonner l’hallali ?
Depuis l'élimination de Benoît Hamon au premier tour de l'élection présidentielle avec un score historiquement bas de 6,36 %, les divisions semblent s'amplifier au sein du Parti socialiste. Suite au ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron à la présidentielle puis en vue des prochaines législatives, le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a annoncé qu'une procédure d'exclusion de l'ancien Premier ministre avait été lancée. En outre, on a appris que Benoît Hamon allait fonder son propre mouvement transpartisan après les législatives et ce dans le but de « reconstruire une gauche inventive qui dépassera les étiquettes politiques ».

 

Une volonté similaire est mise en avant par Anne Hidalgo, Martine Aubry et Christiane Taubira, qui, avec près de 200 personnalités de la culture, lancent « Dès demain », un « mouvement d'innovation » ouvert à « tous les humanistes qui croient encore en l'action ».

Priée par Sputnik de commenter la situation autour du Parti socialiste, Emmanuelle Gave, directrice du think tank Institut des libertés, considère qu'on assiste actuellement à une implosion, ou même une explosion, des partis traditionnels de la Cinquième République.

« Les Républicains sont aujourd'hui une peau de chagrin, et le PS, "fort" du bilan de François Hollande, est en reconstruction. Le mouvement "La République En Marche" d'Emmanuel Macron est en train de siphonner une grande partie du PS, ce qui veut dire qu'à l'intérieur du PS, vont se retrouver les "éléphants", les caciques comme Martine Aubry. Et peut-être que de jeunes loups comme Benoît Hamon ne veulent pas à avoir à passer par les couloirs traditionnels de moquette d'appartement, et essaient, en surfant sur le succès d'Emmanuel Macron, de monter leurs propres mouvements », estime-t-elle.

Commentant l'éventuelle exclusion de Manuel Valls du PS, Emmanuelle Gave juge illogique qu'il soit exclu du PS, d'autant qu'elle n'a pas l'impression qu'Emmanuel Macron s'empresse d'ouvrir les portes à grands battants.

« Je pense que Manuel Valls s'est sûrement fait un certain nombre d'ennemis pendant son mandat, et qu'il récolte peut-être les fruits de ce qu'il a semé : tout le monde est en train de le lâcher. […] Ça date aussi de la primaire, quand il n'a pas soutenu le vainqueur. Quant à Benoît Hamon, à mon avis, s'il se permet de créer comme ça un nouveau mouvement, c'est qu'on a dû lui dire en haut lieu qu'il avait le blanc-seing pour le faire, et j'imagine qu'il doit être en train de préparer 2022 », a détaillé Mme Gave.

D'après cette dernière, à terme Benoît Hamon quittera le parti, mais en attendant il récupérera des déçus du PS, « parce qu'on est en train d'assister à une explosion ».

Vallaud-Belkacem: Valls incertain face à Hollande à la primaire de gauche - Sputnik Afrique
Quand on ne veut de Manuel Valls ni au PS ni chez En Marche!
D'ailleurs, les résultats de la présidentielle 2017 témoignent de la baisse de confiance des électeurs envers les partis traditionnels. Or, tant que ces derniers ne parleront pas « à leurs électeurs et n'essaieront pas de comprendre pourquoi 10 millions de Français ont voté Front national, et quelles sont les réponses à apporter à cela, ils ne pourront pas remonter », conclut Mme Gave.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала