La crise ukrainienne bientôt réglée par un dialogue Moscou-Washington?

© Sputnik . Sergey Guneev / Aller dans la banque de photosLavrov et Tillerson
Lavrov et Tillerson - Sputnik Afrique
Il n’est pas exclu que l’administration Trump relance sous peu les négociations bilatérales avec Moscou en vue de régler la crise actuelle dans l’est de l’Ukraine. Dans ce cas, c’est Rex Tillerson, chef de la diplomatie américaine, qui en serait chargé.

Donald Trump - Sputnik Afrique
Trump envisage de créer un «centre de crise» anti-intox
L'administration du Président américain Donald Trump examine la possibilité de relancer les négociations avec la Russie sur la crise ukrainienne, relate le Washington Post, citant de « hauts responsables américains et des experts indépendants en la matière ».

À en croire le journal, cette initiative est supervisée par le secrétaire d'État des États-Unis Rex Tillerson en personne, qui aurait déjà délibéré sur la question avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. En outre, une « évaluation interministérielle », visant à élaborer une nouvelle stratégie à ce sujet, irait bon train sous la houlette du cabinet du vice-Président Mike Pence.

« Bien que tout cela soit encore aux premiers balbutiements, l'idée de Tillerson consiste à relancer les négociations pacifiques selon le format adapté l'année dernière par l'administration de l'ex-Président Barack Obama, dans l'espoir d'obtenir de meilleurs résultats compte tenu des circonstances et de la conjoncture politique actuelles », lit-on dans l'article du WP.

Rex Tillerson, poursuit le journal, compte également nommer un envoyé spécial du Département d'État, qui mènerait en l'occurrence des négociations directes avec l'assistant du Président russe, Vladislav Sourkov. Il est à noter que sous l'administration d'Obama cette fonction était remplie par l'assistante du secrétaire d'État pour l'Europe et l'Eurasie, Victoria Nuland.

L’Ukraine livrait en Irak des véhicules blindés en panne - Sputnik Afrique
Un tiers des blindés achetés par l’Irak en Ukraine étaient défectueux
Au demeurant, le journal indique que le scandale actuel lié à la soi-disant ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016 pourrait rendre tout cela « très compliqué à réaliser ». En effet, le Congrès des États-Unis insiste notamment sur un durcissement des sanctions antirusses.

Rappelons qu'auparavant des sources de différents médias américains au sein du FBI ont laissé entendre que les serveurs du Parti démocrate auraient été piratés par des hackers « russes ». Les médias en question ont affirmé que la Russie voulait influer sur le résultat de la présidentielle aux États-Unis. Pourtant, les autorités américaines n'ont fourni aucune preuve de l'implication de la Russie dans ces cyberattaques.

Évoquant les accusations relatives aux cyberattaques « russes », le Président Vladimir Poutine a déclaré que le tapage antirusse visait à détourner l'attention du contenu des documents révélés.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала