Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Qatar: la campagne des pays arabes contre Doha avait été planifiée

© REUTERS / Fadi Al-Assaad/File PhotoFILE PHOTO - An aerial view of Doha's diplomatic area March 21, 2013.
FILE PHOTO - An aerial view of Doha's diplomatic area March 21, 2013. - Sputnik France
S'abonner
L'émir qatari, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, a dénoncé le fait que la campagne des pays arabes ciblant son pays était préméditée.

La campagne des États arabes contre Doha était planifiée, a affirmé l'émir du Qatar Tamim ben Hamad Al Thani lors d'un discours prononcé vendredi et retransmis sur la chaîne Al Jazeera.

«Il est évident que la campagne a été planifiée. Ceux qui l'ont préparée et mise en œuvre ont agi contre la souveraineté du Qatar et noirci l'image de notre émirat aux yeux de la communauté internationale.»

Les Émirats - Sputnik France
Les Émirats, une nouvelle cible de Washington ou un nouveau client?
Leur plan a échoué, personne n'ayant cru à leur propagande anti-qatarie. «C'est pour cette raison qu'un certain nombre de pays arabes et non-arabes, qui ont leur propre liberté de pensée, nous ont soutenu ou, pour le moins, n'ont pas pris part au blocus de notre émirat en dépit du chantage exercé sur eux», a poursuivi cheikh Al-Tamim.

L'émir s'est dit d'ailleurs prêt au dialogue, mais sous conditions, pour parvenir à régler la crise: «Nous sommes ouverts au dialogue pour régler les problèmes en suspens», a déclaré M.Al-Thani, exigeant toutefois que le règlement se fasse dans «le respect de la souveraineté» des États.

En outre, il a affirmé apprécier les efforts du Kuwait, de la Turquie et des Etats-Unis pour parvenir à une résolution de la crise.

«Je ne veux pas sous-évaluer la douleur et les souffrances provoquées par le blocus, mais j'espère que les désaccords entre les pays amis que nous sommes seront résolus par la négociation et le dialogue», a-t-il poursuivi.

Doha, la capital de Catar - Sputnik France
Les dessous de la position controversée US sur la crise du Golfe
Selon lui, les accusations portées à l'encontre de Doha étaient exclusivement motivées par des objectifs politiques.

Sept pays, à savoir l'Arabie saoudite, Bahreïn, l'Égypte, les Émirats arabes unis, la Libye, le Yémen et les Maldives ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusant Doha de déstabiliser la région et de soutenir le «terrorisme».

De son côté, Doha a accusé ses voisins du Golfe de chercher à placer le Qatar sous tutelle et dénoncé comme «injustifiée» leur décision.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала