La Russie pointerait-t-elle ses missiles sur la Chine?

Parues dans la presse asiatique, les informations selon lesquelles la Russie pointerait ses missiles sur la Chine sont pour le moins étranges compte tenu du fait que l'arsenal balistique chinois surpasse largement celui de Moscou, estime un expert interrogé par Sputnik.

La Chine déploie des systèmes de missiles en mer de Chine méridionale - Sputnik Afrique
La Chine déploie des systèmes de missiles en mer de Chine méridionale (Images)
De la lecture d'article paru dans le journal analytique en ligne japonais The Diplomat, on déduit qu'en application de son concept de désescalade la Russie «pointerait» ses missiles sur la Chine. Cette publication livre en outre une autre «preuve» d'existence d'une profonde méfiance entre Moscou et Pékin: les exercices militaires régulièrement menés dans l'Extrême-Orient russe. Sputnik a demandé à Vassili Kachine, expert du Centre d'analyse des stratégies et des technologies, de commenter la situation.

Comme le souligne cet expert, avant de se lancer dans l'analyse de la situation, il faut prendre en compte l'aspect historique de la question. Durant la Guerre froide, les troupes soviétiques les mieux équipées et les plus aptes au combat étaient déployées sur le territoire des pays de l'Europe de l'Est, alliés de l'URSS. La partie européenne du pays n'abritait à l'époque que des troupes de réserve. En conséquence, le dispositif le plus puissant des

Des tirs d'essai de missiles THAAD - Sputnik Afrique
La Russie et la Chine préoccupées par les activités militaires nord-coréennes et US
troupes terrestres héritées par la Russie de l'URSS était déployé en Sibérie orientale et dans l'Extrême-Orient russe. C'étaient les forces qui pendant la période de Guerre froide étaient appelées, si besoin était, à affronter l'«empire du Milieu». De nos jours la plupart des bases, aérodromes et casernes soviétiques sont occupés par les forces armées russes, les moyens financiers nécessaires à la mise en place d'une nouvelle infrastructure militaire étant limités.

Une fois les raisons de l'activité militaire des troupes russes dans la partie orientale du pays expliquées, l'expert passe aux raisons du renouvellement de l'arsenal.

«Les missiles tactiques constituent une partie importante du potentiel des forces terrestres russes. La durée de vie des missiles Tochka-U arrivant à son terme, toutes les brigades de missiles doivent être rééquipés au cours des années qui viennent de systèmes Iskander», argumente Vassili Kachine, avant de rappeler qu'en cas de besoin les troupes déployées en Extrême-Orient seront envoyées dans d'autres régions du pays.

En abordant la question principale soulevée par l'article paru dans l'édition nippone qui consiste à savoir si la Russie pointe ses missiles en direction de la Chine, Vassili Kachine estime qu'en parler est pour le moins étrange.

«La Chine surpasse largement la Russie par le nombre de ses missiles balistiques de courte et moyenne portée et la Russie ne fait rien pour corriger ce déséquilibre. La Russie n'a pas le droit de fabriquer de missiles balistiques et de croisière d'une portée allant de 500 à 5 500km, missiles qui constituent justement une partie importante de l'arsenal chinois», souligne M. Kachine.

Quant à la tenue des exercices militaires, il est tout à fait normal que la Russie y tienne, ajoute l'expert, citant l'exemple de la Suisse. Entourée par les pays membres de l'Otan et de l'UE avec qui Berne entretien les relations les plus étroites, la Suisse mène régulièrement des exercices militaires d'envergure, conclut-il.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала