«Le changement de gouvernement le plus rapide de l'histoire de l'Algérie»

CC0 / / Algérie
Algérie - Sputnik France
Le limogeage du Premier ministre Abdelmadjid Tebboune, en fonction depuis trois mois seulement, semblait inéluctable et est l'épilogue de la "chronique d'une chute annoncée", estimait mercredi la presse algérienne.

Le président Abdelaziz Bouteflika a mis fin mardi aux fonctions de M. Tebboune et nommé pour le remplacer Ahmed Ouyahia, jusqu'ici chef de cabinet du chef de l'Etat, qui dirigera le gouvernement pour la quatrième fois depuis 1995.

"Le changement de gouvernement le plus rapide de l'histoire de l'Algérie", titre le quotidien arabophone El-Khabar cité par l'AFP, estimant comme de nombreux observateurs que M.Tebboune a payé son conflit ouvert avec de puissants hommes d'affaires liés au pouvoir.

En s'attaquant aux oligarques, "Tebboune a suscité l'admiration dans l'opinion publique" mais déclenché une "campagne de dénigrement", estime El-Khabar.

Selon l'autre grand quotidien francophone El-Watan, "en demandant des comptes aux hommes d'affaires" M. Tebboune savait "qu'il allait se heurter à une farouche résistance" et la popularité qu'il en avait tiré était devenue "handicapante" au sein du régime.

Pour le quotidien arabophone Ennahar, les "plaintes des préfets et opérateurs économiques" concernant la politique du Premier ministre ont "poussé le président (Bouteflika) à intervenir pour mettre fin au chaos".

Le quotidien francophone L'Expression se réjouit de l'arrivée de M. Ouyahia à la tête du gouvernement et critique le sortant. "Le soldat Ouyahia est de retour", titre son éditorialiste qui y voit "l'homme de le situation".

"Le plus urgent sera sans doute de remettre de l'ordre dans les circuits (économiques) biaisés par des décisions inopportunes" de l'ancien Premier ministre, écrit L'Expression.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала