Coup de tonnerre au Kenya avec l'annulation de la présidentielle

La Cour suprême kényane a pris vendredi une décision historique inédite en Afrique, en invalidant la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta lors du scrutin du 8 août et en ordonnant la tenue d'une nouvelle élection dans les deux mois, indique l’AFP.

Dès l'annulation pour "irrégularités" de la présidentielle au Kenya par le président de la Cour suprême David Maraga, des scènes de liesse ont éclaté dans les bidonvilles de la capitale Nairobi et dans l'ouest du pays, des bastions de l'opposition.

A woman sort out plastic bags after washing them for re-use at the shores of a river on June 24, 2014 in Nairobi. - Sputnik France
Au Kenya, utiliser les sacs plastiques est désormais passible de prison
Candidat malheureux en 1997, 2007 et 2013, M. Odinga, 72 ans, a salué un jugement "historique". "Il est maintenant clair que personne au Kenya n'est au-dessus de la loi", s'est-il félicité.

"Personnellement, je suis en désaccord avec la décision qui a été prise aujourd'hui, mais je la respecte", a répondu le président Kenyatta dans une adresse à la Nation.

Tout en déplorant que "six personnes aient décidé d'aller contre la volonté du peuple", ce dernier a fait preuve d'une retenue rare sur un continent souvent traversé de violents soubresauts électoraux.

Kenya's capital Nairobi - Sputnik France
Attaque à la machette au Kenya: un mort, deux agresseurs abattus
L'élection "n'a pas été conduite en accord avec la Constitution", et "les illégalités et irrégularités ont affecté l'intégrité" du scrutin, a déclaré M. Maraga, en énonçant le jugement de la Cour.

Il a ordonné à la Commission électorale (IEBC) d'organiser un nouveau scrutin dans un délai de 60 jours, comme l'exige la Constitution, après avoir observé qu'elle avait "échoué, négligé ou refusé" de conduire les élections conformément à la loi.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала