Lafarge a bien versé des centaines de milliers d'euros à Daech

© AFP 2022 Franck FireLafarge
Lafarge - Sputnik France
Le Monde a dévoilé plusieurs détails des accords passés entre le leader mondial du BTP Lafarge et le groupe terroriste Daech en Syrie. Selon le quotidien, l'entreprise franco-suisse aurait payé des taxes aux djihadistes.

Lafarge - Sputnik France
Cimentier Lafarge en Syrie: les éléments sur le lien présumé avec Daech révélés
En juin 2016, Le Monde a rapporté que le cimentier Lafarge s'était arrangé avec les djihadistes de Daech afin de pouvoir poursuivre ses activités en Syrie. Plus d'un an après, le quotidien dévoile la nature des accords passés entre les deux entités qui étaient selon le journal connus du bureau de Paris.

Se référant aux mails envoyés par la direction de Lafarge en Syrie que la rédaction a pu consulter, Le Monde relate que l'entreprise a bénéficié d'autorisations pour passer les points de contrôle tenus par les terroristes ainsi que d'une sécurité relative pour les allées et venues de ses salariés et des matériaux à travers les villes contrôlées par Daech.

Le journal évoque notamment «un laissez-passer estampillé du tampon de Daech» demandant aux «frères combattants» de «laisser passer ce véhicule de l'usine Lafarge après un accord passé avec l'usine pour le commerce du ciment».

Lafarge - Sputnik France
Activités du cimentier Lafarge en Syrie: Bercy a saisi la justice
Dans le même temps, Le Monde affirme que Lafarge achetait du pétrole aux djihadistes via des «intermédiaires et négociants». Selon une source citée par le journal, Lafarge «achetait en moyenne trois camions de pouzzolane et une dizaine de camions de mazout lourd par jour».

En septembre 2014, le groupe a finalement abandonné son usine syrienne de Jalabiya, aussitôt reprise par Daech. Depuis février 2015, le site est contrôlé par les forces kurdes.

Après la révélation du scandale en juin 2016, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour «relations financières illicites entre la France et la Syrie». Selon cette enquête, Lafarge a versé plusieurs centaines de milliers d'euros à divers groupes armés, dont 5 millions de livres syriennes (20.000 euros) par mois à Daech. Le Monde précise également que la décision de Lafarge de rester en Syrie a reçu l'aval des autorités françaises.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала