Dans le dossier nord-coréen, Trump a mal choisi son interlocuteur, selon un sénateur russe

Le sénateur russe Konstantin Kossatchev doute fort que la Russie «nuise au règlement du problème nord-coréen», comme l’a affirmé Donald Trump dans une toute récente interview.

Les déclarations de Donald Trump, d'après lesquelles la Russie aurait nui au règlement du problème nord-coréen, sont loin de la vérité, estime le président de la commission des affaires étrangères au Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), Konstantin Kossatchev.

Plus encore, le sénateur est d'avis que tout au contraire Moscou ne permet pas de dérapages dans la situation autour de Pyongyang, dont Washington est l'organisateur.

«Les dissertations de M. Trump d'après lesquelles la situation autour de la Corée du Nord aurait été plus simple si les relations entre les États-Unis et la Russie avaient été meilleures sont, semble-t-il, tout à fait raisonnables: il est certain que nous aurions avancé beaucoup plus loin s'il y avait eu davantage d'entente entre les participants au règlement du problème nord-coréen (ainsi que du problème iranien et de nombreux autres aussi)», a déclaré le sénateur à Sputnik jeudi.

Il a cependant regretté que M. Trump interprète le mot «entente» de façon très spécifique, affirmant que pour l'heure la Russie nuisait à l'Amérique. 

«Étant donné que ce sont les États-Unis qui, ces derniers temps, ont poussé à leur limite les tensions autour de la Corée du Nord et, par conséquent, nuisent plus que les autres à un règlement, c'est la Russie qui "nuit" à cette aggravation, souhaitée délibérément par les États-Unis», a noté M. Kossatchev.

Donald Trump - Sputnik Afrique
De bonnes relations avec Moscou aideraient à résoudre le problème nord-coréen, selon Trump
À son avis, Donald Trump commet une nouvelle fois une erreur méthodologique propre aux États-Unis et au reste de l'Occident: il se trompe d'interlocuteur.

«Que ce soit la Corée du Nord, le conflit syrien ou ukrainien, la situation avec la Transnistrie, l'Abkhazie, l'Ossétie du Sud et ainsi de suite, il ne faut pas s'adresser à la Russie, mais directement à la partie avec laquelle vous avez des problèmes», a conclu le sénateur.

Autrement dit, sans un dialogue entre Washington et Pyongyang, le problème nord-coréen ne sera pas résolu. 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала