Un convoi de l’Onu atteint la Ghouta orientale avec le concours des militaires russes

© AFP 2022 AMER ALMOHIBANY La Ghouta orientale, près de Damas
La Ghouta orientale, près de Damas - Sputnik Afrique
Les militaires russes ont assuré la livraison d’un convoi humanitaire de l’Onu et du Croissant-Rouge syrien dans la zone de désescalade de la Ghouta orientale, dans la banlieue de Damas.

Un convoi composé de 53 camions a livré 365 tonnes de denrées alimentaires et de médicaments pour 40.000 habitants des localités de Kafr Batna et de Saqba, dans la Ghouta orientale.

La Ghouta orientale, près de Damas - Sputnik Afrique
Ghouta orientale: un premier convoi humanitaire dans la zone de désescalade
La Ghouta orientale, où opèrent plusieurs groupes de l'opposition armée, n'est pas contrôlée par le gouvernement syrien. Cependant, le régime de cessez-le-feu y a été instauré. L'aide humanitaire y est régulièrement livrée par la Russie, le gouvernement syrien et l'Onu. Les négociations sur la livraison de frets sont menées par les officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit. La sécurité des convois est assurée par la police militaire russe.

Selon le porte-parole du Centre pour la réconciliation, Youri Klimov, le convoi pour Kafr Batna et Saqba était prévu aux termes de l'accord avec l'opposition obtenu dès le mois d'août.

«À présent, ils ont autorisé le gouvernement à conduire un convoi humanitaire. La Russie remplit les engagements de garant du processus d'Astana et les officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit apportent leur contribution au passage des convois humanitaires sur le territoire de la Ghouta orientale», a-t-il expliqué aux journalistes.

Idlib - Sputnik Afrique
La zone de désescalade d'Idlib sera contrôlée par la Russie, l'Iran et la Turquie
Lors des négociations à Astana lundi, Alexandre Lavrentiev, émissaire du Président russe pour la Syrie, a qualifié de satisfaisante la situation dans la Ghouta orientale. Selon lui, «l'aide humanitaire y est livrée et les forces gouvernementales ne créent pas d'obstacles à la livraison de l'aide humanitaire de l'Onu».

La Russie, la Turquie et l'Iran se sont mis d'accord début mai à Astana, au Kazakhstan, pour créer quatre zones de désescalade sur le territoire syrien. À l'heure actuelle, trois zones de désescalade existent en Syrie: une au nord de la ville de Homs, la deuxième à la Ghouta orientale (près de Damas) et la troisième à la frontière entre la Syrie et la Jordanie. La quatrième zone doit voir le jour dans le nord d'Idlib.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала