Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme pèche contre les droits des journalistes

© AFP 2022 Fabrice CoffriniOnu,Genève
Onu,Genève - Sputnik France
Les journalistes accrédités auprès de l’Onu ont accusé le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme de discrimination en lien avec la publication d’un rapport de la Commission d’enquête sur la Syrie.

L'Association des correspondants auprès des Nations unies (ACANU) a diffusé une déclaration officielle dont Sputnik s'est procuré la copie dans laquelle elle accuse de discrimination le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) lors de la publication du rapport de la Commission d'enquête indépendante sur la Syrie.

A civil defence member breathes through an oxygen mask, after what rescue workers described as a suspected gas attack in the town of Khan Sheikhoun in rebel-held Idlib - Sputnik France
Moscou enclin à penser que l’incident chimique à Khan Cheikhoun est une mise en scène
Le document adressé au bureau du HCDH évoque «une grave discrimination d'un grand nombre de journalistes accrédités auprès du bureau de Genève des Nations unies» en lien avec la publication en septembre dernier d'un rapport de la commission d'enquête accusant Damas d'avoir utilisé les armes chimiques à Khan Cheikhoun.

Selon l'ACANU, un point de presse à huis clos a été organisé par le service de presse du bureau de Genève à la veille de la présentation du rapport.

«Deux représentants des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, un représentant d'un média canado-britannique, un Français et un Espagnol ont été choisis en tant que médias, excluant tous les autres journalistes. Il est également révoltant que des correspondants des pays arabes n'aient pas été invités», stipule le message signé par le président de l'ACANU Jan Dirk Herbermann.

De son avis, les journalistes présents ont été privilégiés par rapport à leurs autres collègues.

«Des points de presse secrets sont absolument inacceptables. Une telle approche sélective est contraire aux principes fondamentaux de l'Onu en matière de droits de l'homme, d'égalité en droits et de respect envers tout le monde. J'espère qu'un tel favoritisme qui frappe la plupart des correspondants des médias mondiaux accrédités auprès de l'Onu ne se répétera plus», a souligné M. Herbermann.

Selon les informations de Sputnik, le point de presse en question s'est déroulé en présence de journalistes de Reuters, d'AP, de l'AFP, de l'agence EFE, de la BBC et du New York Times.

L'Association des journalistes accrédités à Genève compte actuellement environ 150 envoyés des principaux médias mondiaux.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала